Le 9 décembre dernier, en catimini, Robert Goodwill, le ministre britannique de l’Immigration a déclaré que le pays fermait dorénavant ses portes aux migrants mineurs et isolés, qui sont actuellement hébergés en France.

Cette décision intervient après le démantèlement par le gouvernement de la “jungle” de Calais.

Au moment de l’évacuation de cette “jungle”, le plus grand bidonville de l’hexagone, les mineurs étaient plus de 2.000. La grande majorité de ces jeunes migrants ont toujours fait état de leur désir de traverser la Manche, pour rejoindre des proches en Grande-Bretagne.

Vendredi après-midi, les jeunes migrants hébergés à Luchon (ici) ont manifesté dans les rues de la cité thermale pour demander que la Grande-Bretagne respecte ses engagements de les accueillir pour rejoindre leurs proches.