C’est à l’occasion du premier anniversaire de sa nomination comme présidente de la région Occitanie que nous avons rencontré Carole Delga sur ses terres commingeoises juste avant son départ pour le Japon. Un tour d’horizon sur les problèmes du moment et des perspectives d’avenir. Interview :

Madame la Présidente, cela fait juste un an que vous avez été élue à la tête de la nouvelle région Occitanie. Quels enseignements tirez-vous de ces premiers 365 jours ? 

Une année d action et une année passionnante ! Je m y étais engagée : pas d année blanche . Nous avons beaucoup travaillé . Tout d abord réorganisé les services , et sur TOULOUSE et sur Montpellier , sans mobilité forcée . Ce sont plus de 6500 agents régionaux . Je suis reconnaissante vis à vis de mon administration qui a su s adapter à la nouvelle configuration territoriale , politique et qui a su être force de propositions pour les nouvelles politiques régionales .

Concrètement , c est le plan Marshall, de soutien au bâtiment et aux travaux publics , car notre région a besoin d être équipée ( lycées , CFA, transports collectifs , aides aux entreprises ) sur tous les territoires mais aussi pour accueillir la plus grande croissance démographique de la France: c est à dire 50. 000 nouveaux habitants ( l équivalent d Albi et de Narbonne) . Augmenter de 50 %  les crédits consacrés aux constructions et aux réseaux , c est soutenir nos entreprises locales .

Nous avons aussi consulté la population sur le nom , sur les priorités en matière de train, d intermodalité. Cela est aussi une nouvelle façon de faire de la politique . Associer les gens aux décisions . Je suis sur le terrain des 13 départements car les politiques ne peuvent être efficaces que s’ils connaissent les réalités .

Bien sûr , je reste très impliquée sur le Comminges et le SAVES , mes racines,  je ne les oublie  pas et j ai fait le choix de continuer à vivre à Martres , chez moi , et de ne pas occuper les appartements de fonction de TOULOUSE et Montpellier ( je suis à Montpellier 2 jours par semaine )

Voir, même tard, mon clocher me donne de la force .

Nous avons aussi travaillé pour que les aides aux entreprises soient plus adaptées aux petites entreprises . Concernant la formation, c est amener au plus prêt les établissements  et ainsi la création du lycée de Cazeres , où les travaux de rénovation sur le lycée agricole par exemple de Saint Gaudens .

Gouverner, c est prévoir et il faut préparer l avenir . C est ce que nous avons fait avec le plan littoral 21, moderniser les ports , l hébergement touristique , préserver le côté sauvage de la côte méditerranéenne , developer des activités compatibles avec les ressources de la mer .

Pour la montagne, nous allons élaborer un plan 4 saisons , qui concilie ski, randonnée et bien être .

Grâce au gouvernement , le projet de LGV, , bordeaux toulouse , avance . C est un investissement indispensable pour l économie de notre région. Dans 6 mois , bordeaux va être à 2 h de Paris … TOULOUSE à 4 h 30 . Avec la lgv , nous serons à 3 h 15 , donc toujours attractif . C est une priorité .

Ma passion est renforcée pour ses territoires et ses habitants , la région doit préparer l avenir mais rester dans la proximité

Le président Hollande a décidé ne pas se représenter. Que vous inspire cette décision ?

Du respect . Cette décision était difficile , douloureuse même . Mais le Président de la République démontre sa capacité à donner la priorité au collectif et non à l ambition personnelle . Cela devrait en inspirer certains qui s auto-proclament candidat , et parlent de rénovation !!

Les français veulent un President qui sache les protéger face aux menaces sécuritaires , face aux menaces d abîmer la protection sociale , l éducation nationale ou la justice, portée par la droite de Fillon.

L extrême droite , c est la chute . La chute de l économie , dans une région qui vend au monde entier ses avions , son agro-alimentaire , la chute des valeurs de fraternité , de liberté et d égalité, dans une région: Terre d accueil et de solidarité .

Les français veulent aussi un President qui sache inscrire la France dans un projet international mais aussi d attention à tous les territoires , ruraux ou quartiers des villes .

Donc la gauche , doit se ressaisir , se rassembler , porter un projet de progrès réaliste mais ambitieux. Nous avons de formidable talents , il faut retrouver confiance en nous et cela passe prioritairement par donner leurs chances aux jeunes .

Ainsi, je travaille au rassemblement de la gauche. Car si on continue avec ces candidatures et ces individualités , on fera la course pour  savoir qui sera le premier des battus à l élection présidentielle et non le combat pour le projet de gauche et les français !

Être de gauche , c est vouloir accéder au pouvoir, et en accepter les difficultés  , pour donner l égalité des chances à tous les habitants et à tous les territoires .

 

Vous même vous ne sollicitez pas un nouveau mandat de député pour les législatives de juin 2017.  On connait votre attachement au Comminges et les Commingeois vous le rendent  bien. Quels sont les dossiers qui auront marqué votre législature et au fond n’est ce pas trop difficile de laisser cette fonction qui vous tenez à cœur ? 

Je continuerai à travailler pour le Comminges et le Savès , en étant présidente de région, car je suis Conseillere Régionale de cette terre . J ai préféré la fonction de présidente de région à celle de député ou de ministre car je choisis l action concrète et la proximité avec les gens .

De ce mandat de députée , je garde en priorité le souvenir de travail collectif qui a bénéficié à tous les Commingeois : pour les hôpitaux de Saint Gaudens et de Luchon ( 30 millions d euros , alors que sous Sarkozy , 0) , l’ IRM pour Saint Gaudens , l école d infirmière au centre  ville de Saint Gaudens , la ré-ouverture du tribunal de grande instance. Mais aussi aider des entreprises, ou des particuliers sur des problèmes divers . Et bien sûr le partenariat  avec les maires , pour l implantation d une boulangerie , pour la rénovation d une école ou pour résoudre des soucis du quotidien .

Je serai toujours très présente en Comminges et en Savès et la région investira massivement et sera un partenaire encore plus actif .

Joël AVIRAGNET se présente devant les militants , pour me succéder . Il a l’expérience du mandat de député et connaît très bien cette circonscription . Avec lui, je sais que nous continuerons à travailler dans un esprit de confiance , de loyauté et avec passion pour les gens !!

 

Etre ministre, être député puis maintenant présidente de Région sont des fonctions publiques qui exposent à la critique parfois même à la calomnie. Comment vit-on cela quand les propos tenus sont manifestement fait pour nuire gratuitement ? 

Certaines personnes ne savent que nuire et n existent qu’en essayant d affaiblir les autres .

L école m’a appris à progresser par le travail , par l honnêteté . C est ma méthode . Je n ai pas la grosse tête , je reste accessible mais je sais négocier avec des patrons de grandes entreprises , représenter dignement notre région et la défendre comme un lion.

La politique vous oblige à vous construire une carapace , mais quand je suis chez moi , je baisse les armes . Mais c est certain que quand les attaques , les mensonges viennent du Comminges , cela me touche plus . Surtout quand on sait toute les heures de travail que j y consacre .

Depuis quelques mois , la calomnie est plus forte et proportionnelle aux responsabilités qui sont les miennes , présidente d une région de près de 6 millions d habitants et la plus jeune !

 

En conclusion quels sont vos objectifs prioritaires pour cette année 2017 ?

Pour 2017, c est faire aboutir des chantiers que j ai lancé à la région sur l enseignement supérieur , le tourisme ou la culture.

Et puis bien sûr soutenir ardemment le candidat de la gauche à la présidentielle . Ainsi que le candidat socialiste pour les législatives !!

Toujours motivée , passionnée et profondément humaniste !! Et irrémédiablement fidèle au Comminges et au Savès .

Je ne lâche rien!!