Ils font partie, quasiment, des derniers migrants à avoir quitté la “Jungle” de Calais, après la décision de l’Etat de démanteler ce plus grand bidonville de l’hexagone où survivaient entre 6.000 et 8.000 personnes.

Partis en bus de Calais, mercredi, un peu avant midi, ils sont arrivés, dans la nuit, vers 3h30 du matin, à Luchon, après près de seize heures de route.

Ils sont 21 migrants à être désormais hébergés dans la cité thermale à la maison familiale de vacances gérée par le CMCA d’EDF et désormais transformée en CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation).

Vingt migrants sont originaires d’Afghanistan et un du Soudan. Une cinquantaine de migrants avaient été annoncés dans un premier temps.

Ils ont été accueillis cette nuit par Jean-Luc Brouillou, sous-préfet de Saint-Gaudens, le maire de Luchon Louis Ferré, des bénévoles de l’antenne locale de la Croix-Rouge.

Les migrants/réfugiés ont immédiatement été pris en charge par une équipe de travailleurs sociaux de l’ANRAS (association nationale de recherche et d’actions solidaires).