Comme chaque année, la fête de Gensac sur Garonne s’est tenue lors du week end du 15 aout. Le comité des fêtes avait, comme à son habitude, bien fait les choses et la présence de la ville jumelle participait au côté festif. Le maire n’était pas en reste puisqu’il avait choisi cette date pour marier sa fille dans la toute nouvelle mairie.

Le temps le permettant, le repas du dimanche soir put se dérouler à l’extérieur sous les magnifiques marronniers de la place du village. Une fraicheur d’été venait atténuer la canicule de l’après-midi et tout le monde goutait au plaisir exquis de se trouver là. Le maire de Saint Julien, venu en voisin, commentait ses exploits de guerrier gaulois lors de l’attaque des romains au village gaulois le week-end passé! Il avouait, non sans vergogne, avoir remplacé des boules de plastiques légers par des pommes de terre bien senties. Les romains apprécieront … et comprendront mieux la force des impacts…

Les choses allaient bon train jusqu’à ce qu’un invité surprise jaillisse dont on ne sait où. Lors de l’apéritif précédent le cassoulet, il ne se parlait que de cela. On commentait la presse et l’article paru dans petite republique.com. On faisait état d’une pétition qui allait être faite et d’une manifestation si les choses ne revenaient pas à la raison. Bref un village gaulois transféré de Saint Julien à Gensac sur Garonne. Les gens s’agaçaient après ces empêcheurs de tourner en rond et on allait voir ce qu’on allait voir. Ceux qui n’étaient pas au courant le devenait par le biais du bouche à oreille et tout cela contribuait à faire monter l’ambiance. Nul doute que quelques oreilles sifflaient dans la métropole toulousaine.

Il est aisé de dire que les architectes des bâtiments de France ont fait l’unanimité pour leur approche très administrative du problème de la construction des nouvelles maisons qui seront implantées non loin de l’école. (voir article sur édition semaine dernière) De fil en aiguille et entre les entrées et le cassoulet, une pétition a fait le tour des tables. Chacun voulait y apposer son nom et sa signature et fort heureusement il n ‘y avait pas une case « observations » car les commentaires allaient bon train et étaient parfois d’un humour très grinçant. Une pétition en ligne est en cours d’élaboration…

Tout ceci n’enleva pas l’appétit aux convives ni altéra leur joie de vivre. Tout le monde se félicita de la qualité habituelle du traiteur Calvet de Rieumes et partit danser sur la piste en ciment avec bonheur et entrain. Nos communes rurales ont encore de beaux jours devant elles…