Mélanie et Manoël font le pari de la réussite de la qualité et de la proximité.

 

Depuis la fermeture de la boulangerie il y a de nombreux mois, il n’y avait plus aucun commerce au village de Lavelanet de Comminges. Les choses auraient pu en rester là, chacun se lamentant sur son sort et constatant avec regrets que les choses ont bien changé et que tout était beaucoup mieux avant. Non, les choses ne sont inéluctables dans ce village du Volvestre où l’on veut croire et parier sur l’avenir.

Arrivés il y a 8 ans à Lavelanet de Comminges, Manoël Rodriguez et son épouse Mélanie Kermel se sont de suite intégrés dans ce village au fort caractère. Cette licenciée de lettres modernes et ce spécialiste des rénovations de maison ont eu l’idée de transformer entièrement une vieille bâtisse leur appartenant. Le but, créer un nouveau magasin pour combler le vide laissé par la retraite de Martine et la fermeture de sa boulangerie.

Avec patience et beaucoup de goût, ces deux trentenaires ont travaillé et travaillé encore comme aime à le dire Bernard Lavilliers dans sa chanson « Les mains d’or ». Avec beaucoup de volonté et de ténacité, ils ont crée ce lieu magnifique qui répond au doux nom de « Chai » qui correspond à la destination première du bâtiment semble-t-il.

Mélanie, Manoël, comment a-t-on idée d’un tel projet lorsqu ‘on est trentenaire ?

« On avait un bâtiment qui était vide et on a pu constater combien le départ de Martine à la retraite avait fait un grand vide dans le village. Après contact avec madame le Maire qui nous a invité à le faire, nous avons muri notre projet. Nous voulions un commerce qui nous ressemble avec des produits de qualité. Au delà de la vente, on souhaite que cet endroit devienne un lieu d’échanges, un lieu de vie où l’on se rencontre, où l’on se parle. On veut que notre village reste debout. Le succès viendra de l’adhésion de la population à notre projet. On leur assurera du meilleur accueil qu’il soit possible. »

Si ce nouveau commerce est avant tout une boulangerie, il propose en outre des viennoiseries, des pâtisseries et des sandwiches faits avec les meilleurs produits. Il offre également une épicerie d’appoint pour faciliter la vie des habitants de Lavelanet de Comminges.

Un bel exemple d’une jeunesse qui s’investit sans attendre je ne sais quelle aide pour subvenir à leurs besoins. On ne peut souhaiter que ce projet audacieux soit une vraie réussite pour ce couple mais également pour le village. L’avenir dira si chacun a tout fait pour que le « happy end » soit au rendez-vous. L’optimisme règne en maitre pour l’instant.

François Guizot disait : « Le monde appartient aux optimistes, les pessimistes ne sont que spectateurs »