Une réparation pour un oubli de 55 ans.

 

Mortellement blessé le 6 juillet 1961 à 23 h 30 par une rafale de pistolet mitrailleur au cours d’un assaut d’une maison, le gendarme DE FLORES Victor mort au champ d’honneur était un oublié de l’histoire. Après 55 ans, réparation vient de lui être accordée. Un bonheur pour sa famille et ses frères d’arme.

C’est grâce à la volonté personnelle de deux hommes, Christian Courrège et Gérard Rousseau que cette injustice historique vient d’être réparée avec le soutien de la municipalité de Longages et de son maire Patrick Massarutto.

C’est à l’occasion de la cérémonie aux monuments aux morts du 14 juillet que le nom de De Florès Victor a été dévoilé par un élu de la commune qui a ôté le drapeau bleu blanc rouge qui le dissimulait. Un portrait de cet homme fauchait dans sa 36° année ajoutait à la compassion ambiante. Beaucoup d’émotion pour sa sœur Aurélie Sorroche née de Florès aujourd’hui âgé de 93 ans et demi qui avait tenu à faire le déplacement avec le reste de la famille. Soutenue par un bras familier, elle a voulu se lever et se tenir debout pendant la minute de silence et la marseillaise. Des larmes qui coulent sur un visage pour un hommage à ce frère perdu. « Je l’ai toujours pleuré et nous étions très proche et très complice. Ayez la gentillesse d’écrire que je remercie la municipalité de Longages d’avoir permis cette réparation et cette injustice ainsi que messieurs Courrège et Rousseau pour leur sens du devoir ». nous confiait-elle à l’issue de la cérémonie.

Pour l’occasion un piquet d’honneur avait été mis en place par le capitaine Claude Campourcy qui dirige la communauté des brigades du Volvestre. Un « présentez arme » ordonné par le chef du dispositif l’adjudant chef Eric Pauliot de la brigade de Carbonne pour honorer celui qui fut l’un des leurs et donner du sens à cette cérémonie d’une grande tenue.

Patrick Massarutto disait :

«  Aujourd’hui nous allons rendre hommage à un homme d’honneur pour faire réparation à un oubli de 55 ans. Cet homme dont la famille a vécu sur notre commune, était gendarme et est mort pour la France en accomplissant son devoir en service commandé. … Le nom de cet homme n’a jamais été honoré ni inscrit sur aucun monument de France. Sa famille a souhaité que ce soit sur le monument de Longages…Cet homme aujourd’hui sort de l’oubli et son nom figurera désormais sur le fronton de notre monument. »

Monsieur Courrège retraçait la carrière de De Florès Victor :

« Gendarme DEFLORES Victor, vous êtes né le 10 novembre 1924 à BERKANE département du Maroc… Vous décédé le 06 juillet 1961.Lors de la cérémonie de vos obsèques le Lieutenant Tardy lu votre citation à l’Ordre de la Gendarmerie :

« «  Gendarme courageux et plein d’allant, le 06 juillet 1961 à 23h 30 à Saint Denis du Sig a été mortellement blessé par une rafale de PM au cours de l’investissement par la gendarmerie et la troupe, de maisons ou s’étaient retranchés des rebelles »…Cette citation comporte l’attribution de :La Médaille Militaire / La Médaille d’Honneur de la Gendarmerie / La croix de la Valeur Militaire avec palmes » »

Aujourd’hui votre nom est gravé dans la pierre de ce Monument aux Morts grâce à vous Monsieur le Maire et à votre attachement au devoir de mémoire. Gendarme DEFLORES vous êtes enfin au côté de nos glorieux ainés tombés aux champs d’honneur de la 1° et 2° Guerre Mondiale, du Lieutenant DEDIEU du commando Palerme et du Sergent GONZALES du 129° Régiment d’ Infanterie Mort pour la France respectivement le 28 septembre 1960 et le 17 février 1961. »

La cérémonie se terminait par un pot de l’amitié offert par la municipalité de Longages.

de flores victor deflores victor0003