Un artiste de talent dans la ville cité.

Son histoire d’amour avec l’Afrique date de 1973. Né en Italie en 1944 et débarqué par hasard au Nigéria alors qu’il est dans la marine marchande, Edoardo di Muro s’installe en Afrique et y reste plus de vingt-cinq ans. Il y vit l’Afrique des Africains ; travaille comme garde dans une réserve en Côte d’Ivoire ; milite à l’ANC en Afrique du Sud et épouse une Zouloue ; se remarie au Sénégal avec une Bassarie – du nom de ce peuple vivant à la frontière avec la Guinée – qui lui donne trois enfants et dont il adopte la culture.

 

Il parcourt le continent avec pour unique boussole la mine de son crayon. Du Sénégal à l’Afrique du Sud, en passant par la Guinée, le Gabon, le Bénin ou l’Ethiopie, Edoardo croque des scènes de la vie quotidienne. Négligeant les villas bourgeoises et les femmes au port majestueux drapées de leur insolence de nouvelles riches, il préfère reproduire les milieux populaires : des fillettes jouant avec leurs couverts en plastique ou une carcasse de voiture finissant de rouiller au soleil. Edoardo dessine comme on sculpte les statues traditionnelles, en accentuant des éléments du corps qui modifient l’harmonie et l’équilibre des traits. Son goût du détail le pousse à représenter la savane jusque dans les plus petites nervures du feuillage.

 

Jacques Cézard, son éditeur, ne tarit pas d’éloges à son sujet : « Il ne faut pas trop le dire car c’est assez mal vu dans nos sociétés où les artistes doivent souffrir pour réaliser de belles choses, mais “Do” dessine avec une facilité extraordinaire. Il voit tout en points. Il a le dessin dans le sang et une matrice dans les yeux ». L’art est son gagne-pain. Ses dessins sont parfois publiés dans des revues. En Ethiopie, il illustre des livres de français pour enfants ; au Sénégal, il réalise des batiks et en vend même à Léopold Sédar Senghor. De ses croquis, Edoardo finit par composer des recueils, comme Afrique capitales, publiée en 1995, dans lequel il fait revivre son parcours africain. (selon François-Damien Bourgery)

Cet été, l’Office de tourisme de Rieux-Volvestre propose une exposition de lithographies et de bandes dessinées de Edoardo DI MURO dans la galerie municipale ouverte 7j/7j de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h30.

Vous découvrirez une série d’œuvres ayant pour thème «Afrique, scènes de rue».

OFFICE DE TOURISME MUNICIPAL

9 Rue de l’Evêché

31310 RIEUX-VOLVESTRE

Tél : 05.61.87.63.33

www.mairie-rieux-volvestre.fr