Relais d’Entreprises : des espaces plus “cow” que “co”

Alors que nous constatons une Uberisation de pratiquement tous les secteurs économiques, l’immobilier de travail connait lui aussi une véritable mutation.

Chaque mois se sont des dizaines d’espaces de « coworking » qui ouvrent leurs portes principalement dans les grandes villes avec tout récemment l’arrivée de WeWork : géant américain du secteur qui vient de prendre possession de 17.000 m2 au cœur de Paris.

Est-ce un phénomène de mode ou le reflet d’une économie agile mais néanmoins souvent précaire qui mise sur les retombées commerciales de ces échanges dans des lieux conçus pour les favoriser ?

L’avenir nous le dira même si le modèle économique de ces espaces de travail de centre-ville (exposés à la pression des prix de l’immobilier) semble d’ores et déjà fragilisé par les nombreux lieux de vie ou de commerce qui se réinventent au point de les concurrencer : anti café qui propose des espaces de travail facturés à l’heure, magasins de fourniture de bureau ou boutiques de vêtements qui proposent gratuitement des espaces de travail et de détente pour tisser un lien et une expérience client).

Il convient alors de bien distinguer ces lieux de rencontre pour travailleurs nomades ou souvent fréquentés par la communauté du Web de toutes les plateformes d’incubation de Start Up dont le modèle économique repose sur la détection et bien souvent la prise de participation dans les « Licornes1 » de demain. La rentabilité de l’immobilier devient alors secondaire du fait des perspectives de valorisation des prestations ou participations proposées aux jeunes entreprises.

De même, il ne faut pas confondre espace de coworking et plateforme proposant de louer votre appartement comme espace de travail : une sorte de AirBnB de l’immobilier de bureaux.

La plupart de ces initiatives naissent essentiellement en milieu urbain.

La SAS Relais d’Entreprises, fondée par Dominique VALENTIN se démarque de ces nombreuses initiatives citadines et ce pour deux raisons.

La première, en étant positionné exclusivement en milieu rural ou péri urbain, cette Start-Up dont le siège se situe à Rieux-Volvestre à 40 Kms de Toulouse apporte une réponse innovante à la mobilité pendulaire. Celle subie par ces actifs, résidants des territoires dortoirs et condamnés à « navetter » chaque jour. En rapprochant l’emploi de l’habitat et sans avoir inventé le bureau meublé, cette innovation sociétale redonne du pouvoir d’achat, réduit les émissions de CO2 et soutien le commerce de proximité. Une qualité de vie de plus en plus recherchée.

La seconde, en proposant des bureaux individuels meublés et connectés à internet haut débit, les espaces affiliés à ce réseau offrent aux usagers des Relais d’Entreprises une alternative au travail à domicile avec une solution de proximité et facile d’accès. Véritables « lavoirs numériques » des temps modernes, les Relais d’Entreprises favorisent les échanges.

Et la demande est grandissante. Alors que la pratique du télétravail se développe lentement dans les entreprises et les administrations, force est de constater la tendance au Self Emploi et l’émergence des entrepreneurs indépendants. Ces professionnels exercent une expertise dans des secteurs souvent liés aux services et loin du modèle Start Up ces derniers maîtrisent parfaitement leur modèle économique et le marché auquel ils s’adressent. Désireux de sortir de l’isolement en se rendant chaque jour dans un espace à proximité de leur habitation, la plupart ne cherche pas pour autant à « CO » travailler.

Il convient alors pour un modèle économique pérenne de bien dissocier la gestion de l’immobilier de l’animation du lieu et plus largement du bassin de vie et d’activité dans lequel se situe le tiers-lieu.

Aussi et dans l’esprit des Maisons de Service aux Publics, il est probable qu’une « CO » animation puisse être confiée aux différents acteurs spécialisés que ce soit en matière d’accompagnement des entreprises ou pour soutenir les publics éloignés du marché de l’emploi.

Il devient dans tous les cas urgent de contribuer au rééquilibrage des territoires en repensant l’aménagement des espaces de travail et la diffusion des services en milieu rural.