Lors de son assemblée générale du 12 mai dernier, la Communauté Emmaüs a décidé d’acheter l’ancien garage Renault, au centre ville de Saint-Gaudens, pour y implanter son bric-à-brac.

On sait qu’Emmaüs ne peut développer sur son emplacement du 60, avenue de Boulogne, ses activités solidaires, faute de place. C’est donc dans ce qui est devenu, depuis trois ans, une friche industrielle, qu’Emmaüs va transférer à l’automne prochain, l’ensemble de ses activités de tri, de stockage et de vente.

Fidèle à ses valeurs de solidarité, d’accueil inconditionnel des plus démunis et de respect du développement durable dont il est pionnier depuis 60 ans, Emmaüs va développer ses activités et accueillir plus de compagnons, plus de bénévoles et même des associations issues du collectif « Unis contre la misère » qu’elle va pouvoir héberger.

C’est évidemment un tournant dans la vie de cette association, bien connue de tous les Saint-Gaudinois. Emmaüs s’est engagé dans le contrat de ville, récemment mis en place par l’État, avec les collectivités territoriales, pour redynamiser le cœur de la ville, appuyer son développement économique, améliorer sa cohésion sociale, réduire ses inégalités, autant de projets qui correspondent à la vocation d’Emmaüs.

Le cœur de ville de Saint-Gaudens connaît un taux de chômage du double de celui de la France. L’implantation d’Emmaüs participera, par la vente de ses produits de réemploi à bas prix, à l’amélioration du pouvoir d’achat de ses habitants. Ses actions au service des plus démunis aideront modestement à la lutte contre les injustices sociales.

Cette nouvelle implantation est donc une bonne nouvelle pour les Saint-Gaudinois. Les participants à cette assemblée générale, M. Chaput, représentant le maire de Saint-Gaudens ou M. Aviragnet, député suppléant de Madame Carole Delga, ont su souligner dans leurs interventions, l’importance du rôle d’Emmaüs dans la justice sociale et la réduction des inégalités.

Pour remplir sa mission, Emmaüs vient de signer deux contrats avec Pôle emploi de Saint-Gaudens, pour mettre en œuvre ses projets.

Ainsi, quand vous venez acheter, dans son bric-à-brac, des meubles, des vêtements, des appareils ménagers, des livres, des bibelots ou des jouets, quand vous chinez sur la cour de vieux objets souvenirs, vous faites un vrai geste de solidarité au service des sans emplois et des laissés pour compte de notre société.