Des métiers verts pour permettre aux jeunes de remettre le pied à l’étrier, inverser la courbe du chômage, réduire celle du réchauffement climatique et donner au concept une dimension européenne, tel est le pari ambitieux sur lequel a misé l’association 3PA (penser, parler, partager, agir) quand elle s’est lancée dans l’opération Erasmus+. Un échange interculturel, en faveur de jeunes en difficulté, axé sur la découverte de métiers liés à la transition écologique et énergétique, cela fait 3 ans que l’équipe de 3PA y travaille. C’est donc à force de persévérance, et grâce aux soutiens de la fondation Hulot, de la Région et du Feder, qu’en partenariat avec la Maison de l’Artisanat et de l’Environnement de Lacaugne, le projet s’est mué courant avril en action. En effet, depuis peu, une trentaine de jeunes lituaniens, belges et français est hebergée sur le site des Villières (Lherm) pour une dizaine de jours. Un séjour pensé pour apprendre à ces jeunes, issus de milieux différents, et pour la majorité en décrochage scolaire “le vivre ensemble”, les rééduquer à une vie rythmée par le travail et ponctuée par des moments d’échange privilégiés, malgré l’obstacle des langues (les lituaniens ne parlant pas français). Tout au long de son apprentissage, le groupe constitué de filles et de garçons (entre 16 et 25 ans) est accompagné par des professionnels bienveillants. Les phases d’initiations aux métiers des secteurs de la construction bois, de la rénovation écologique, du maraîchage biologique, des énergies renouvelables, de la cuisine bio, de l’entretien d’espaces naturels, de l’animation nature et de l’assainissement naturel sont suivies d’ateliers pratiques (fabrication de nichoirs, fours solaires, …) qui rencontrent un sérieux succès. Tous ont fait le choix d’apporter une approche écologique, solidaire et citoyenne à leurs projets de vie. Et pour que leur séjour soit des plus agréables, de nombreux bénévoles se sont jetés avec ardeur dans l’aventure : chacun mettant au service des visiteurs ses talents d’animateur, de conciliateur parfois, de guide touristique ou de cuisinier : les repas pris sur place, conçus pour éduquer le palais, sont en majorité bio et confectionnés avec l’aimable concours des habitants de Poucharramet. Viviane Di Natale