Ce sera l’oeuvre de Geneviève Caplet qui ornera le parvis de la chapelle de Mailholas

Ce sont les électeurs de cette petite commune qui en ont décidé ainsi.

 

Un concours de peinture, très original, vient de se dérouler dans la petite commune de Mailholas. C’est en l’an 2000 que tout avait commencé. Cette année là, des satanistes avaient mis le feu à la chapelle du XII° siècle qui domine le village. Pour aider à la réfection de ce magnifique patrimoine, une association avait été créée pour récolter des fonds. Quinze après et avant de la dissoudre, l’idée a germé d’organiser un concours de dessins peinture qui serait doté de l’argent restant en caisse. Les candidats devaient remettre un projet d’un format A3 et ce avant la date du 2eme tour des élections régionales. Le lauréat retenu aura le privilège de peindre un immense tableau haut de 2 mètres et qui sera exposé d’une manière permanente sur le parvis de la chapelle.

Un vote et un dépouillement original

Seuls les électeurs de Mailholas pouvaient participer au vote. Les 9 œuvres étaient exposées dans la salle du bureau de vote de la mairie de cette petite commune. En allant voter pour le deuxième tour des élections régionales, les électeurs d’un jour pouvaient donc également exprimés leur choix pour le tableau de leur cœur dans une urne différente bien entendu. Un moyen ludique et astucieux pour lutter contre l’abstention !

C’est l’oeuvre n° 2 qui, à une quasi unanimité, à remporter le suffrage. Il est à noter que trois enfants avaient souhaité participer. Un projet d’un peintre amateur de Rivesaltes avait également été déposé et a obtenu 1 voix. A noté la présence surprenante d’un bulletin blanc !

Comme souvent à Mailholas, un pot de l’amitié est venu clore cette journée pas comme les autres. Solange Carrère épouse de monsieur le Maire avait préparé des amuses gueules pour le plus grand plaisir de tous. C’est aussi cela la richesse des communes rurales appelées à disparaître un jour.

Une heureuse gagnante.

L’heureuse gagnante est donc Geneviève Caplet artiste peintre demeurant à Saint Ybars. Dans son projet elle a souhaité incorporer et redonner vie aux oiseaux du dernier blason de l’histoire et de leur faire apporter ainsi un message de paix avec la symbolique de l’olivier. Elle a également souhaité intégrer la base du blason dans les courbes du paysage et du ruisseau Camédon en soulignant la présence de vignes, de cultures et d’animaux.

Une belle histoire où tout est bien qui finit bien….

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :