Conférence exceptionnelle de la Petite Université Populaire du Volvestre

Mercredi 4 mars à 20 heures 30, Salle du bois de Castres à Carbonne.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Pour ne pas déroger aux habitudes, les échanges se poursuivront vers 22 heures par une collation sortie du panier de chacun.

En ayant réussi à faire venir Daniel Keller, Grand Maitre du Grand Orient de France, la dynamique équipe de la Petite Université Populaire du Volvestre (PUPenVOL) va nous faire vivre un événement exceptionnel.
Daniel Keller est une personnalité plus habituée à côtoyer les grands de ce monde mais il a consenti,  avec beaucoup de simplicité et d’humilité, à venir rencontrer les habitants de notre territoire sud-toulousain. Après un exposé qui tendra à démystifier la franc maçonnerie, il se livrera aux jeux des questions-réponses.

Depuis des siècles, la franc maçonnerie fascine l’opinion publique. Considérée, à tort ou à raison, comme une société secrète, elle relève du mythe. Les écrits, les romans et les films rajoutent à ce mystère dont chacun aimerait percer le secret.
Mais qui sont ces francs maçons et pourquoi cette Loi du silence et du secret? Que font-ils dans leur loge avec des rituels et une symbolique d’un autre temps? Combien sont-ils et y en a-t-il autour de nous sans qu’on puisse le savoir?

« Si tu diffères de moi mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ». C’est avec cette phrase inspirée d’Antoine de Saint-Exupéry (dans « Lettre à un otage », 1943), qui n’était pas franc-maçon, que l’on est accueilli dans les locaux du Grand Orient de France, rue Cadet à Paris. Cette formule donne une bonne définition de l’esprit maçonnique : s’enrichir de l’autre, de sa différence, pour atteindre une authentique connaissance de soi.

Pourquoi devient-on franc maçon ?

« Devenir franc-maçon du Grand Orient de France découle en effet d’une volonté d’amélioration. Mais cette amélioration de soi n’a de sens qu’au service de l’amélioration de la société. Si en raison de ses rituels, de ses mythes et de ses symboles, la franc-maçonnerie peut paraître désuète, elle est avant tout une société qui requiert un sens profond et véritable de l’engagement. »

Alors ces secrets ?
Si les maçons sont souvent appelés les « frères trois points » ou les « frères la grattouille », c’est qu’il existe bien des signes de reconnaissance et des secrets.
Pour les signes, la plupart des membres de la franc-maçonnerie n’en font pas usage en dehors des loges. Reste qu’il existe pour eux en effet des moyens de se reconnaître dans le monde extérieur, pour interpeller une sœur ou un frère, ou supposé tel(le). En pratique, il n’en est jamais fait usage. En revanche, l’existence même de ces signes rappelle que la franc-maçonnerie a dû, à travers l’histoire, se prémunir contre les manifestations d’hostilité dont elle a fait l’objet.
En franc-maçonnerie, il existe effectivement deux secrets réels !
Le premier concerne l’initiation du maçon. Personne ne pourra arracher le secret qui est venu se graver de manière indélébile dans le cœur d’un maçon le jour de sa réception dans l’Ordre.
Le second concerne l’appartenance : nul ne peut dévoiler l’appartenance d’un autre franc-maçon. Si chacun est libre de se dévoiler, nul ne peut en revanche dévoiler autrui (ce secret d’appartenance est, du reste, spécifique aux pays ayant connu l’occupation ou des régimes dictatoriaux). En revanche, ceux qui acceptent de remplir des fonctions exécutives acceptent, par définition, d’être identifiés comme tels. »
L’histoire regorge de francs maçons célèbres. On vient de fêter l’anniversaire de l’un d’entre eux, le célèbre compositeur Mozart dont certaines œuvres sont entièrement dédiées à la franc maçonnerie. Pêle mèle, on y trouve des écrivains comme Montesquieu ou Voltaire, des présidents des Etats Unis comme Washington ou Roosevelt, le célèbre Lafayette parti soutenir ses frères aux Amériques ; Rouget de Lisle qui créa la Marseillaise ; Ne pas oublier Jules Ferry le père de l’école de la République laïque et gratuite ou les résistants Pierre Brossolette et Jean Zay dont les cendres vont être transférées au Panthéon en 2015.
Plus  récemment, il  semblerait également que la famille de la franc maçonnerie ait été endeuillée car une ou plusieurs victimes de Charlie Hebdo appartiendraient à l’Ordre.

Quel est votre engagement au service des valeurs de la République ?
Il peut être résumé par l’article Premier de la Constitution du Grand Orient de France : « La franc-maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et la pratique de la solidarité ; elle travaille à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’Humanité. Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience. Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique. Elle attache une importance fondamentale à la Laïcité. Elle a pour devise : Liberté, Égalité, Fraternité ».
Les francs-maçons du Grand Orient de France sont donc des défenseurs de l’idéal républicain. C’est ainsi que la franc-maçonnerie pourra devenir le centre de l’union.

Le grand Orient de France en quelques chiffres ?
Ainsi, après 300 ans d’histoire, la maçonnerie française en général et le Grand Orient de France en particulier sont acteurs et témoins de la transformation de la société. Les frères et sœurs du Grand Orient sont actuellement au nombre de 51000 répartis dans 1250 loges, (chiffre au 31 décembre 2014).
Le Grand Orient de France ne limite pas sa présence et ses activités au seul territoire français. Il est présent dans 25 pays. Il entretient des relations régulières avec des francs-maçons partout dans le monde et peut ainsi faire progresser ses idéaux parfois dans des environnements hostiles.