Tentative de meurtre à Carbonne : Elle se fait sauvagement agresser à son domicile par son ex.

Les faits ont eu lieu jeudi 17 novembre 2022, vers 21 heures. Alors qu’elle rentre à son domicile place du Bariot à Carbonne, la victime âgée de 60 ans se fait sauvagement agresser par son ex-compagnon qui n’accepte pas la rupture.

La victime revenait d’Arles où elle s’était rendue avec un couple d’amis. De retour à Carbonne, elle rentre à son domicile sans se douter de ce qui allait lui arriver. Dans l’escalier, elle tombe nez à nez avec son ex-compagnon habitant également le Volvestre. Il avait gardé une clé malgré la séparation et s’était introduit par effraction pour l’attendre et mettre ses menaces à exécution après l’avoir régulièrement harcelée, menacée même car n’acceptant pas la séparation.

La situation a aussitôt dégénéré semble-t-il. Il se jette littéralement sur elle. Des vociférations, des hurlements, des cris ont fort heureusement été entendus par les voisins qui donnent l’alerte.

Un déchaînement de haine, de violence verbale et physique contre cette pauvre femme qui a subi le pire, voyant la mort arriver. Des coups pleuvent à n’en plus finir. Selon nos renseignements, la victime présenterait plusieurs fractures au visage et dans les côtes. Une véritable sauvagerie qui n’a connu son épilogue que par l’intervention extrêmement rapide de la gendarmerie prévenue par les voisins. Il aurait selon un témoignage non recoupé, emporté avec lui ses couteaux professionnels !

L’équipe de garde de la communauté de brigades du Volvestre renforcée par le PSIG de Muret devront passer par l’arrière de la maison pour réussir à y pénétrer et à neutraliser cet individu qui venait de faire preuve d’une extrême violence. Il sera placé immédiatement en garde à vue et la victime sera évacuée au CHU de Toulouse dans un état de choc.

Cet homme de 55 ans a été présenté au Procureur de la République le samedi 19 novembre après-midi pour y répondre de faits criminels et qui devrait demander son placement en détention provisoire au juge. La gendarmerie n’a pas souhaité communiquer sur cette affaire.

Cela ne doit pas rester des faits divers

Ce type d’affaires est malheureusement trop souvent dans les colonnes des faits divers qui vont et qui viennent sans que l’on en mesure vraiment la portée pour les victimes. Elles seront blessées, marquées voire détruites démarrant un long travail pour se reconstruire avec des douleurs physiques et morales et avec la peur et la perte de confiance…. Peur de le voir ressortir de prison un jour, peur que cela recommence.

Cet homme âgé de 55 ans a vécu 4 ans avec la victime et n’a pas accepté la séparation intervenue il y a 6 mois. Une blessure d’ego et des frustrations terribles qui se mettent en place augmentées par des intempérances de toutes sortes  Alors ce sont les menaces, les harcèlements téléphoniques et un processus qui se met en place que l’on ne connaît que trop bien et qui finissent souvent très mal. Par miracle ou par destin elle n’y a pas laissé sa vie mais elle ne sera plus jamais comme avant. La folie des hommes …

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.