Saint Gaudens et le Comminges ont joyeusement fêté le Tour de France cycliste

Sous-préfecture du piémont pyrénéen, Saint Gaudens qui a reçu la plus grande course cycliste du monde ce mercredi 20 juillet 2022, s’est trouvée projetée sous les feux de la rampe planétaire. La cité commingeoise a joyeusement fêté le Tour de France lors du départ de la 17ème étape, en plein cœur de ville illuminé par le  soleil d’été.

Le maire de la ville, Jean-Yves Duclos, emporté dans le flot de la liesse populaire, a déclaré en présence du directeur du Tour Christian Prudhomme: «Saint Gaudens nage dans le bonheur».

Un public festif,  chaleureux et un brin poulidorien

Il est vrai que le nombre des personnes présentes dans les rues et sur les places de la ville a dépassé allègrement le nombre d’habitants de la bourgade qui se chiffre habituellement à quelques 12 000 âmes.  Elles sont sorties de leurs maisons, elles sont venues de tout le territoire, irrésistiblement attirées par  la magie d’une épreuve sportive qui fascine depuis près de 120 ans et scotchées par l’attractivité de champions accessibles comme dans nul autre sport.

Le public festif a acclamé la caravane et les coureurs. Le fond du cœur toujours poulidorien,  il a chaleureusement salué Thibaut Pinot, champion au destin sportif contrarié mais incontestable vainqueur à l’applaudimètre lors de la présentation des équipes.

Le vosgien Thibaut Pinot premier à l’applaudimètre en Comminges.

Saint Gaudens entre légendes du passé et promesses d’avenir

Depuis 1950 et le premier passage du Tour à Saint Gaudens, la ville s’est installée dans la légende du Tour,  avec  16 passages émaillés de faits marquants. Il y a eu les victoires, celle de l’italien Gino Bartali (1950), du français André Darrigade (1959) et de l’espagnol de Mont de Marsan Luis Ocana (1970). Il y a eu la conquête du maillot jaune par Bobet qui s’empare de la toison d’or à Saint Gaudens (1954) pour la garder jusqu’à Paris à l’occasion de sa 3ème et dernière victoire sur la Grande Boucle. Mais il y a eu aussi des drames avec l’abandon sur chute et l’hospitalisation à Saint Gaudens d e Luis Ocana (1971) et de Raymond Poulidor (1973), et des situations méphitiques avec la victoire de Régis Ovion (1976) déclassé ensuite pour dopage …

L’union qui lie le Tour de France à Saint Gaudens  n’est pas près de se déliter: «Le public aime cette grande fête et nous avons une longue histoire à venir avec le Tour. Saint Gaudens est candidat permanent à l’accueil du Tour de France» a publiquement affirmé Jean-Yves Duclos. Magali Gasto-Oustric , présidente de la Communauté de communes, a fait chorus: «Saint Gaudens et le Comminges sont ravis d’accueillir le Tour. Vous pouvez compter sur les futures candidatures du Comminges». Christian Prudhomme a acquiescé: «Au fil des années l’histoire continue à se construire!» a-t-il conclu.

Christian Prudhomme et Jean-Yves Duclos, l’union sacrée entre le Tour de France et la ville de Saint Gaudens.

Ce 20 juillet, les souhaits exprimés et les engagements pris ont dépassé tous les horizons, comme les images télévisées de Saint Gaudens et du Comminges qui ont parcouru le monde.

Les jeunes de Saint Go Cyclismes Comminges sur le podium avec les coureurs du Tour de France.

 

Les élèves saint-gaudinois de CM1 et CM2 lauréats de « la dictée du Tour » sont aussi montés sur le podium.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.