Qui se souvient dans le Volvestre de José Meiffret ?

José Meiffret. fut, en son temps, recordman du monde de vitesse en vélo.

Avant le départ du Tour de France , nous avons voulu vous parler d’un champion oublié , un exemple de courage et de volonté:  José Meiffret qui consacra sa vie à son amour pour le vélo, défrayant les chroniques à la recherche de records.

Le 13 Octobre 1951 José Meiffret atteignait 175 ,609 Km/h ,entre Saint Elix et Carbonne sur la Nationale 125, vitesse qu’il atteignit en vélo, se servant de l’aspiration, derrière une voiture.

La préparation: 

Ce record du monde a nécessité une préparation très rigoureuse sur le plan physique et mental , cela demandant une logistique très importante tant en accompagnement , qu’en suivi médical.

De nombreux entraînements , des appuis de marques mais auparavant une recherche aérodynamique très poussée lui ont été nécessaire .

Étant à l’époque très peu sponsorisé , il a sacrifié ses fond propres afin de confectionner une bicyclette la plus ergonomique possible.

Dans le même temps, il lui fallut  trouver une piste la plus droite possible.

Il était indispensable de trouver une piste de 13 kilomètres de long afin de se lancer, tenter ce record puis décélérer. La nationale 125 était la route la plus droite de France, d’une distance confortable.

Il fallut alors obtenir des autorisations préfectorales afin de bloquer la route à toute autre circulation.

Combien d’ échec durant ces préparatifs, chaîne cassée, difficultés de synchronisation avec la voiture, chute sans gravité, usure trop rapide des pneus, pluie, vent, et panne de la voiture.

Premier recors:

Tout s’avérait très dangereux , les platanes , les animaux qui pouvaient traverser , le nombreux public massé tout le longs du parcours, les gravillons susceptibles de provoquer des chutes, la météo, le vent…

Pour ce record, José était aspiré par un bolide, derrière le paravent d’une Talbot 4,5l de 250 cv conduite par le talentueux Yves Giraud -Cabantous champion de France des pilotes de course.

Son vélo utilisait un développement de 130*12,le pédalier démesuré comportait 130 dents, les jantes étaient en bois de frêne, habillées de boyaux.

Meiffret arrivé depuis 6 jours logeait à Saint Elix.

Il était suivi par la Dépêche du midi, et les revues sportives de l’ époque: France soir,l’Auto, l’Équipe, France cycliste etc.

Enfin ce fameux 13 Octobre 51, la journée était fort belle, la gendarmerie avait sécurisé tous les carrefours. Même la voiture du Président de la République, Vincent Auriol, devant se rendre à Saint Gaudens, fut déviée .

Ce succès validé eut un retentissement mondial.  Hélas, José Meiffret devait se blesser très gravement quelques mois plus tard.

Ces très graves blessures ne le décourageront pas.

Second record:

Après dix ans de récupération et d’entraînements, à 50 ans , il battra son propre record de Saint Elix, Lafitte Vigordane, Carbonne.

Cette fois là, il  atteindra la vitesse de 204,778 km/h sur une piste Allemande .

Ce grand champion, qui fait honneur au cyclisme par sa volonté et son courage, mériterait bien une plaque commémorative. Celle-ci pourrait être érigée sur l’ aire de covoiturage commune à ces trois villes du Volvestre.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :