Échos festif au Convoi-de-la-Liberté le 12 février à Saint-Gaudens

Échos festif des anti-Passe-Vaccinal au Convois de la Liberté ! – Saint-Gaudens 12 février

 Dans la résonance de l’exaltation induite par les convois qui convergent vers Paris et Bruxelles, il y avait davantage de monde ce samedi dernier. Les échanges étaient visiblement enjoués, avec cette fraternité perceptible entre ces personnes qui se retrouvent tous les samedis depuis le mois de juillet.

Avant le tour de ville des manifestants, une évocation au micro du décès de Luc Montagnier.

Cet ancien chercheur au CNRS et Professeur Emérite à l’Institut Pasteur (1972- 2000 direction de l’unité d’Oncologie virale) a reçu le prix Nobel de médecine en 2008. Il a été Président de la Fondation Mondiale de Recherche et de Prévention du sida, créé en 1993 avec l’ancien directeur de l’UNESCO. Il fut le découvreur du virus du sida en1983, et il fut l’auteur de 350 publications scientifiques ainsi que 750 brevets. La solennité  de l’évocation par les animateurs de la réunion tien du fait de sa posture d’opposant à la politique vaccinale du gouvernement. Cela en a fait la figure de proue du mouvement de résistance à l’injection expérimentale et au principe du passe-sanitaire. Il fut rejoint dans ce questionnement, par les non moins célèbres professeurs Didier Raoult, le professeur Henri Joyeux, et l’épidémiologiste Alice Desbiolles, le spécialiste en maladies tropicales le professeur Christian Peronne, la généticienne Alexandra Orion Claude.

Le professeur Luc Montagnier déclara à Milan, le 15 janvier 2022, sur la vaccination des enfants: « Vacciner les enfants est criminel!. Les jeunes sportifs meurent », ou encore : « La vaccination provoque des maladies nerveuses du cerveau ». Son dernier témoignage, du 14 janvier 2022 au Parlement du Luxembourg : « Ces vaccins ne sont pas des vaccins. Ce sont des poisons! On doit guérir des patients et non les tuer : Primum non nocere !. Actuellement, c’est une campagne pour vendre et imposer des préparations qui tuent un certain nombre de personnes. Personne ne peut dire où va aller le message contenu dans le vaccin ARN. ».

Dans la parole libre au micro, un rappel de notre dette historique et ses enseignements.

« A ceux qui nous ont précédés depuis la nuit des temps, leur survie il y a des milliers d’années dans un milieu hostile au milieu de prédateurs nombreux, donne à l’humanité d’aujourd’hui nous ne serions pas là. Nous leur sommes reconnaissants de cette volonté de vivre coûte que coûte dans une nature qui les dominait. Nous sommes aujourd’hui dans un virage crucial. Notre vie, notre corps fait partie de la nature. Nous sommes la nature au même titre que les bactéries, les animaux, mais notre cerveau ivre de son pouvoir l’a oublié. Maintenant il veut modifier, artificialiser les codes génétiques de nos cellules, et il ignore les conséquences futures de ces manipulations. Tous les enfants qui auront aussi des enfants plus tard doivent préserver leur code génétique intact, si non l’humanité de demain sera mystérieusement autre. Nous sommes à un instant ridicule dans une immense chaine plurimillénaire. De la même manière que nous devons la vie à nos ancêtres, de la même manière notre descendance nous devra la vie. Oui, mais laquelle ? Avec quel corps ? Avec quel cerveau ? Nous sommes tous à l’instant de ce choix ! ».

Une clôture de la manifestation particulièrement festive avec un tour de rue presque triomphant. Le convoi de la Liberté était écrit avec chaque lettre portée par un manifestant, précédé du suivant avec la lettre suivante. Le retour et la fin d’après midi en musique avec un répertoire bien rodé. Les textes des chants sont visibles sur le site de Liberté-Comminges.

www.libertecomminges.org

Mots-clés :

Articles en relation :

Une réponse

  1. Un très bel hommage à un Homme intègre et profondément humaniste ! Si toute personne qui élève sa parole pour énoncer sa vérité, basée sur une longue expérience et validée par des résultats incontestables, se voit reléguée soudainement relégué au rang des obscurs du fait de son opposition au pouvoir en place, ne peut-on que s’interroger sur la place du débat dans notre pays et sur la légitimité de pouvoir, qui ne l’oublions pas n’est conféré que pour une durée limitée ? Merci de la place accordée ici au dialogue et à l’information. Et soutien aux manifestants, non pas ANTI – quelque chose mais PRO – Liberté et PRO- Vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :