Le conseil municipal se réunissait en mairie ce mercredi 1er décembre. Une douzaine de points était à l’ordre du jour.

Après l’approbation du compte-rendu de la précédente réunion qui s’est tenue le 6 septembre, le second point était lui aussi adopté. Il était présenté par Maryse Dumoulin, adjointe.

Bon d’achat

Il avait pour objet l’attribution, pour les personnes âgées de plus de 70 ans, d’un bon d’achat à l’occasion des fêtes de fin d’année.  Mis en place l’an dernier en remplacement du thé dansant (pandémie), celui-ci avait été apprécié des bénéficiaires. Les montants sont de 30€ pour une personne seule et 45€ pour un couple. Ces bons d’achat seront à dépenser dans les commerces de la Bastide-royale.

Un ou deux postes de service civique

Jacques Gallet, adjoint, rappelle qu’un service civique est basé sur le volontariat. Leur durée moyenne est de l’ordre de huit à dix mois. L’indemnité, toutes charges incluses, restant à la charge de la commune, est de 107,58€ / mois pour 25 à 30h de travail hebdomadaire sur quatre jours.  Actuellement, il est procédé au recensement des besoins dans les services. La délibération pour s’inscrire dans le processus initié par l’Etat est adopté à l’unanimité des présents.

Achat des bungalows du groupe scolaire du Courraou

En 2008, lorsque l’effectif de l’école de la rue des Pyrénées rejoignait le Courraou, la municipalité louait des bungalows auprès de la société Spazeo. Ce devait être du provisoire, mais ils sont toujours là. Plutôt que de continuer à payer une location, une négociation était menée pour un achat. « Nous avons fait descendre le prix à 30.000€ », explique Michel Capomasi, adjoint. « Cette somme sera amortie sous deux ans. » D’autant, précise le maire Eric Miquel, qu’il y aura des recettes supplémentaires venant de la Communauté des communes avec le périscolaire du mercredi.

Même si l’ensemble des présents votent la délibération, Jérôme Baron, conseiller d’opposition, aimerait planifier des investissements pour des constructions « en dur ».

Vidéoprotection

Et non vidéosurveillance. Lancée au cours du mandat précédent, le projet arrive à son terme. « Nous avons été aidés (et soutenus), par la sous-préfecture et la gendarmerie pour mener à bien ce projet », explique Martine Tarrissan, adjointe. « Je remercie également la police municipale qui y a participé. » Quatre sociétés étaient consultées. Celle qui remporte le marché est Aramis télécom basée à Lagardelle sur Lèze. Elle offre une solution, clé en mains à 59.000€. 80% de cette somme est prise en charge par l’Etat. La sécurité sera assurée par des caméras dômes quatre coupoles, positionnées près de la Halle Verdun, près de la mairie et aux écoles. Une caméra pour la lecture des plaques de voitures sera installée place Valentin-Abeille. « Il s’agit d’un matériel évolutif. En cas de panne, intervention prévue sous 24h et prêt de matériel sous 48h.

Un vote contre, celui de Nicolas Simon qui aurait préféré des moyens humains à la place des caméras. Jérôme Baron vote pour le projet, projet qui était également dans son programme. Par contre, il regrette de ne pas avoir été invité à participer.

Centre de santé municipal

Ouvert depuis peu, le centre de santé municipal emploie actuellement quatre médecins, ce dont se félicite le maire car ce n’est pas le cas partout. Un cinquième généraliste est prêt à donner un coup de main.

Concernant le coût, personne ne sait actuellement si l’opération sera équilibrée au niveau du budget. A ce sujet, une délibération est prise pour l’adhésion au G I P (Groupement d’intérêt public), du Conseil régional. La Région s’est en effet engagée à prendre en charge 70% du déficit de fonctionnement, si besoin. Elle peut également aider dans des dépenses d’investissement. Un premier bilan sera établi avant la fin de l’année, indique le maire.

Paiement digital pour les emplacements du marché

Obligation est faite à chaque commune proposant des emplacements d’étals sur le marché, d’avoir un paiement digital. La mise en place devrait se faire début 2022. Après un dépôt de garantie de 2.000€, la location mensuelle de l’appareil s’élève à 140€.

1607 heures travaillées pour les agents municipaux

Pour se conformer à la loi et après négociations avec les représentants du personnel, modification du nombre d’heures travaillées annuellement. Actuellement, le système mis en place avant les mandatures d’Eric Miquel, fait que les agents ne travaillent que 1585 heures. Les vingt-deux heures « manquantes », seront ramenées en minutes. Les agents devront donc travailler 3 minutes de plus le matin et trois minutes de plus le soir… Le CCAS ainsi que l’Ehpad du Mont Royal ne sont pas concernés pour le moment.

Questions diverses

–          Aide au Rased

Michel Capomasi explique que le covid a engendré des difficultés supplémentaires pour les écoliers. L’écart entre les enfants s’est creusé un peu plus. Des enseignants spécialisés et un psychologue scolaire sont nécessaires.  Les Rased (Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté), existent, mais ont un coût. Le Conseil départemental participe à hauteur de 762€/an avec un rattrapage sur quatre années. Pour compléter, il sera pris de l’argent de la caisse des écoles.

–          Remplacement du DGS

Le remplacement du Directeur général des services est en cours avec le concours du centre de gestion de la Haute-Garonne. Des candidats ont déjà été reçus et le poste devrait être pourvu avant la fin janvier 2022.

–          Hôtel de l’espace Jorda

Les travaux se terminent. Une visite du conseil municipal est prévue avant la fin de l’année en cours.

–          Tennis extérieur

Nicolas Simon souhaiterait voir l’ancien terrain de tennis extérieur en dur, ouvert aux non licenciés, en accès libre. Des bénévoles auraient commencé à le nettoyer. Il est soutenu dans sa demande par deux membres de la majorité, Pascale De Amorin et Magali Meseray.

Le maire répond que les terrains sont sous la responsabilité du club de tennis. Il indique par ailleurs que le président n’est pas favorable à la requête de Nicolas Simon.