XIII, Matteo Stefani, enfin dans la cour des grands,

Tombé dans la marmite du XIII quand il était petit. Comment aurait-il pu en être autrement, toute sa famille est passionnée. Ses deux aînés, Jordan et Maxime, ont fait les beaux jours du Racing. Le premier y est toujours préparateur physique, le second, grand espoir de la discipline, vient à peine de succomber au chant des sirènes toulousaines. Son père est dirigeant du club saint-gaudinois, entraîneur de l’équipe junior. Sa mère est une des plus fidèles supportrices. Dans les tribunes, sa voix porte et affiche son parti pris.

Matteo Stefani, 17 ans, vient de faire ses premiers pas dans la cour des grands. Le week-end dernier, le petit dernier de la fratrie était titulaire sur la feuille de match qui, opposait le Racing au Toulouse Olympique. Le rôle défensif qui lui était confié consistait surtout à contenir les assauts des ailiers adverses Maximilien Clarke et Etienne Depeyre, bien plus expérimentés que lui, des cadors de la discipline. Matteo n’a pas tremblé et n’a pas failli. La pression sur ses épaules ne l‘a nullement perturbé. Matteo était fier d’être enfin devenu un Ours.

« Je joue au rugby à Saint-Gaudens depuis l’âge de cinq ans, confie Matteo. J’ai toujours été passionné par ce sport. Ma famille a toujours été passionnée par le rugby et s’est toujours investie avecle Racing. Depuis plus d’un an, je m’entraîne avec l’équipe première. Je suis vraiment content d’avoir pu jouer ce premier match en élite 1. Le match m’a paru plus facile offensivement que défensivement. Ce qui m’a surtout marqué, c’est la vitesse du jeu, bien plus rapide. Et j’ai très bien été intégré par les coéquipiers. »

BR