C’est un chapitre exceptionnel et inter-chancelleries des Tasto-Mounjetos du Comminges qui se déroulait ce dimanche 26 septembre à la salle des fêtes.

Durant deux années, l’activité de cette confrérie pacifique et souveraine était perturbée par la pandémie. C’est donc avec le sourire aux lèvres que les Mounjetaïres se retrouvaient autour du grand maître, Roger Casimir.

Dès 9h, la chancellerie receveuse du Mont Royal, accueillait les participants avec le traditionnel casse-croûte.

A 11h, le vice-chancelier Philippe Lacourt (le chancelier Michel Gleizes était absent pour raison de santé), accueillait Roger Casimir. Tous étaient en habit pour la cérémonie d’intronisations.

Une confrérie pour défendre un terroir, une gastronomie

Dans sa prise de parole, le grand maître remerciait, entre autres, la municipalité de Montréjeau pour le prêt de la salle et les bénévoles pour la mise en place des tables et la décoration. Il rend ensuite hommage aux disparus et à leurs familles.

Il rappelle qu’une confrérie est une association qui a pour but de défendre le renom d’un terroir, d’un produit, d’une gastronomie, d’une boisson régionale, d’une culture ou de traditions ancestrales qui ont tendance à disparaître. Il rend hommage à José Dhers, le fondateur de cet ordre pacifique et souverain des Tasto Mounjetos du Comminges. Pour cet homme, il s’agissait de créer et construire sous le signe de la paix, l’union, l’amitié, la convivialité et la fraternité.  L’esprit festif est de rigueur dans cette confrérie plus que quinquagénaire. Cette mounjetade vénérée aujourd’hui par la confrérie, était autrefois le plat du pauvre.

Huit intronisations

Elles, ils sont huit aujourd’hui à être intronisés : Eliane Beelaerts (marraine, Marie-Thérèse Lacoste) – Françoise Cailleux (parrain, Charles Pivorano) – Pierre Caralp (parrain, Simon Serre) – Xavier Hurtevent (parrain, Pierre Cassignol) – Marie-Claude Page (parrain, Jean-Marc Segura) – Annie Saint-Martin (parrain, Georges Chappe) – Jean-Claude Bianco (marraine, Martine Lopez) et Jean-Michel Rieumailhol (marraine, Colette Ufferte).

Après l’examen de passage, tant intellectuel que gustatif, les Plumbets prêtaient serment et entonnaient l’hymne des Mounjetaïres.

La partie festive pouvait alors commencée avec l’apéritif suivi d’un repas accompagné de musique et de chants.