Manifestation anti-Passe-sanitaire ce samedi 25 septembre à Saint-Gaudens

Ce sont près de deux cent personnes venues apporter leur soutien aux soignants en grande difficultés de par leur choix du refus de se faire vacciner. Cette fois, les membres du collectif Liberté-Comminges ont voulu souligner particulièrement la surdité des instances publiques et des médias sur la situation de précarité des soignants, lesquels sont mis en situation de ne plus pouvoir exercer sous peine de sanctions « Nous sommes des sans voix ». Dans cette démarche de protestation, beaucoup de manifestants étaient porteurs d’un masque blanc signifiant ainsi l’état de non prise en considération de ces milliers de voix criant leur indignation en France sur les effets délétères du Passe-sanitaire dans la vie professionnelle, comme dans les cercles de relations de proximité, les familles, le voisinage.

Audrey témoigne : « Infirmière au Centre Hospitalier Comminges Pyrénées à Saint-Gaudens, le 15 septembre mon employeur m’a suspendue de mon poste, car je refuse de me faire vacciner. J’ai des heures supplémentaires et des congés à prendre, mais on me refuse de les poser, ma direction argumentant la solidarité pour mes collègues vaccinés qui continuent à travailler ! Alors que je ne refuse pas de travailler, je veux juste que l’on respecte mes choix ! Pendant le confinement, on m’a envoyée évaluer des élèves dans les services dits COVID, or je suis une personne à risque. J’ai des problèmes d’allergie et on veut me vacciner. J’ai peur de ce vaccin, il est encore expérimental et nous n’avons pas de recul. Nous sommes environ une quinzaine d’agents au CHCP à ne pas être vaccinés, et on nous considère comme des pestiférés. On nous laisse sans salaire car nous ne voulons pas obéir. Nous sommes dépités de cette situation. Nous voyons nos collègues trimer, alors que nous pouvons et voulons travailler ! Les politiques préfèrent mettre à mal notre système de santé déjà en danger pour faire appliquer leur loi et avoir raison. Nous voulons juste être des professionnels de santé auprès de nos patients. Nous n’avons rien fait de mal, nous voulons juste que notre liberté soit respectée. Merci à vous tous qui nous soutenez jour après jour ».

La clôture du rassemblement en musique s’est inscrite dans les conséquences du Passe-sanitaire obligatoire. La qualité de la prestation musicale ce soir là a rappelé que les professionnels du spectacle sont confrontés également à l’acceptation du Passe-sanitaire, soit de devoir choisir entre cesser de jouer en public, ou s’aligner sur la contrainte de devoir à chaque prestation faire faire un test et pouvoir présenter une fiche de résultat d’auto test de la Covid19.

Le prochain rassemblement samedi prochain à 18h aura lieu exceptionnellement au parking place Pegot.

www.libertecomminges.org