Saint Gaudens – Entre sidération, indignation et colère des anti-passe-sanitaire

Ce mercredi 27 juillet vers 18h, ce sont environ six cent personnes qui se sont rassemblées et ont parcouru la ville en exprimant bruyamment leur colère à l’encontre du projet de passe-sanitaire, sans qu’il ait été observé de débordements. Le défilé était constellé de pancartes aux inscriptions porteuses de l’incompréhension de ces mesures perçues comme discriminatoires. Cet état de sidération était perceptible dans les commentaires durant le parcours de la ville apparemment bon enfant. Si l’on pouvait reconnaître quelques aficionados des rassemblements protestataires, l’assemblée ressemblait particulièrement à cette occasion un échantillon très disparate de la population, dont certain disaient même n’avoir jamais manifesté.

Enquête : les propos entendus au fil des échanges.

« Moi je suis vacciné, mais je suis contre la certification électronique généralisée, la traçabilité totalitaire qu’ils sont en train de mettre en place », « Nous ne sommes pas des rats de laboratoire ! », « Pourquoi pas une étiquette accrochée à l’oreille comme les moutons avec le QRCode ? », « Voilà plus d’un an que tous les jours nous sommes assaillis par un torrent d’informations morbides, alarmantes et contradictoires ! », « Obéir à la peur, appeler ça du courage et diviser la société en deux ; comment ne pas songer à d’autres temps sombres où les familles, les amitiés, les sociétés culturelles se fracturaient ? Dans l’excès des caricatures, il y du désespoir ! ». « Je suis musicien et refuse la vaccination pour des raisons qui m’appartiennent ; qu’est-ce que je deviens avec mon instrument ? », « Est-ce que je vais perdre mon emploi ? », « Qu’elle est cette vie ou je dois apporté une preuve virtuelle pour avoir le droit d’exister ? », « Que devient le respect de la confidentialité du secret médical ? », « Que devient le sens de la courtoisie la plus élémentaire si je dois me transformer en flic avec mes clients ? ». « Est-ce que le Covid ne serait pas une maladie industrielle comme dans nos élevages et la malbouffe ? » disait un agriculteur. « Nous approchons les 400000 morts chaque année du cancer, et où sont les mesures d’interdiction des insecticides tueurs d’abeilles et de nous par effet de conséquence ? »,…. Pour les commentaires principaux.