Sylvian Meschia est un artiste de grand talent inclassable tant la diversité de son art et de sa production sont prolifiques. Potier, céramiste, graphiste, scénographe il puise son inspiration dans cette Afrique du Nord qu’il a été contraint de quitter à l’âge de 10 ans. On y retrouve dans ces poteries, céramiques et graphismes ces couleurs chaudes, ses écritures stylées et le souvenir de cette ambiance orientale.

Les artistes n’ont pas échappé à la rigueur des temps actuels qui ont éteint le monde classant la Beauté dans la rubrique des non essentiels. Les projets d’expositions sur des grands sites sont restés lettre morte mais la flamme ne s’est pas éteinte pour autant.

Si vous passez à Rieux Volvestre, haut lieu touristique du département de la Haute Garonne, vous pourrez d’abord admirer le porche de la cathédrale entièrement revisité par l’artiste insufflant une harmonie entre l’Occident et l’Orient dans le partage des cultures qui consacre l’universalisme.

Pour les plus courageux à pied sinon à bicyclette ou en véhicule vous pourrez vous rendre à quelques encablures à l’atelier/galerie de l’artiste qui se trouve sur les magnifiques collines du Volvestre à la ferme Giméras à Rieux. Ce haut lieu de l’art qui vaut sans conteste le détour restera ouvert jusqu’au 19 septembre du mercredi au dimanche inclus.

Sylvian Meschia vous y accueillera avec le plus grand plaisir, celui d’un hôte qui reçoit ses invités. Si vous voulez être sûr de le rencontrer lors de votre passage ; penser qu’il est préférable d’annoncer votre visite auparavant par Messenger, via www.meschia.com ou par tel 0561 871908 & 0609 995761…

https://www.meschia.com/

« Aujourd’hui le travail de cet artiste atteint une portée universelle. Il suscite l’intérêt de réalisateurs (un documentaire primé, d’autres à venir pour Arte et la BBC), d’écrivains (invité à Lettres d’Automne, Le Marathon des Mots ; collaboration avec des romanciers français et américain). De nombreuses invitations prestigieuses s’offrent à lui : mais pour Sylvian Meschia la simplicité reste de mise ; profondément ancré en terre occitane, il choisit délibérément de déployer ses énergies créatives loin des grandes capitales, dans sa région d’adoption pour s’attaquer à des projets, tous aussi originaux que démesurés, mais qui lui procurent la liberté de continuer de cultiver son jardin face aux Pyrénées. » et ce n’est pas moi qui le dit…