Samedi 29 mai, ambiance sur le marché! Alternative citoyenne en campagne à Aspet

La vie reprend à Aspet avec la réouverture des cafés. La localité retrouve son homogénéité, le marché avec ces trois lieux de convivialité. Ils ont chacun leurs aficionados, pour des motifs d’affinité d’échanges ou de sélection liés au prix des consommations pour les habitués. Avec le soleil c’est le jackpot, les touristes sont revenus et ne discutent pas les prix.

Les élections départementales  dans les conversations. Nous pouvions remarquer deux stands mettant en évidence les personnalités des candidats. Christian Boato et Danielle Baïsse comme voulant masquer leur appartenance politique ? On pouvait retenir qu’ils ne sont pas socialistes. L’autre stand étant celui de Alternative citoyenne, discrètement soutenu par La France Insoumise. Les candidats José Alméida et Sylvie Montané sont davantage dans le contenu orienté sur une dynamique collective de campagne, une différence de culture politique qui n’est pas anodine.

L’entretien avec les candidats de Alternative citoyenne révèle ce qu’ils mettent en avant : « Une de nos priorités est la lutte contre la pauvreté. Le canton de Luchon compte sur son territoire les 10 communes les plus pauvres du département. Nous voulons une véritable rupture avec la banalisation de la précarité dans notre territoire ».

Les points clef de campagne. 

Alternative citoyenne en Haute Garonne évoque des points de campagne alignés sur ceux de la FI au plan national centrés sur les thèmes porteurs de l’écologie sociale et solidaire avec des propositions précises sur la question de la pauvreté (mutuelles départementales, le RSA pour les moins de 25 ans), mais aussi en phase avec le questionnement écologique sur la question des grands travaux inutiles et la proposition d’un conseil départemental de citoyens participants aux étapes de décisions. Quid de la question du projet de 6ème République, du jacobinisme et celle des langues régionales ?

Le changement et le renouveau pour un nouveau canton de Christian Boato et Danielle Baïsse propose une alternance sociale, économique, touristique, écologique et responsable. Ils mettent l’accent dans tout le sens du terme sur le territoire en prenant en compte la promotion des langues régionales, une valeur partagée par la Gauche, le Centre et la Droite.

Les deux formations surlignent la longévité de la gouvernance socialiste du département depuis 1945, en argumentant sur l’immobilisme de ce qui pourrait s’apparenter à ce que l’on peut entendre évoquer une forme de féodalité. Mais quels sont dans les faits la marge de manœuvre considérant l’immuabilité de l’appareil administratif  qui se situe au-delà du temps électoral, mais aussi celle des moyens financiers, comparé à la hauteur des promesses ?