Entre joie, fierté, déboires et frustrations, le Racing  poursuit, bon an, mal an, sa saison. Dernier de sa classe, le XIII Saint-Gaudinois a retrouvé ses valeurs en allant gagner la semaine dernière à Palau. Depuis, le covid a, une nouvelle fois, privé l’équipe de rencontre. Trois joueurs touchés. Le match prévu samedi à Carcassonne a une nouvelle fois été reporté.

Rongeant leurs ongles et leurs freins, les Ours attendent patiemment le prochain test et espèrent jouer Villeneuve, samedi, 17h, à domicile…

« Renouer avec la victoire à Palau a fait du bien au groupe, avoue Maxime Stéfani, joueur titulaire émérite du XIII Saint-Gaudinois. En respectant les consignes de Julien Gérin et en gardant le maximum le ballon, on y a fait une excellente première période. En début de seconde mi-temps, on est retombé dans nos travers. Mais le groupe qui est resté solidaire, on a réussi à résister au retour de nos adversaires. Thibaud Marty a marqué le point décisif. À quatre journées de la fin, on est actuellement 10ème et derniers. Si le covid ne nous empêche plus de jouer, il nous reste encore d’ici fin mai un match à domicile, samedi, face à Villeneuve. Puis on se déplacera trois fois. On enchaînera à Limoux, à Avignon puis à Carcassonne. Notre objectif est de gagner le match contre Villeneuve et d’aller chercher des points de bonus défensif ou une victoire lors des trois matchs suivants. On vise toujours la septième place finale du classement. La saison, c’est vrai, aurait pu être tout autre si certains matchs avaient tourné à notre avantage. On se souvient des défaites à Toulouse, contre Carcassonne et à Villeneuve-sur-Lot, de la disqualification lors du match retour face à Toulouse. On perd des rencontres d’abord dominées pour deux points encaissés à la dernière minute. On a pourtant conscience de disposer cette année d’un groupe de très grande qualité. Je prends beaucoup de plaisir à jouer avec cette équipe. On connaît le travail à fournir pour rivaliser avec les meilleurs du championnat et on est capable de le faire.»

Entre recherches de dignité et d’efficience, Le Racing a encore à prouver qu’il n’est pas, pour l’instant, classé au rang de ses vraies valeurs, de ses qualités. Le bon esprit de jeu et de probité domine. De la première à la dernière, il n’y a pas de petites équipes dans ce championnat. Tout reste possible. Ne pas finir derniers. L’envie devrait faire la différence, pour le plaisir et pour l’honneur. Samedi, le dernier match de l’année à la maison devrait être un jour de fête du sport.