Le 20 mars à Saint Gaudens  – Le Collectif « Touches pas à ma forêt » contre le projet Florian

Le porte parole  du collectifDominique Dall’Armi est interviewé durant la manifestation

« Le projet Florian fait actuellement l’objet d’un moratoire de par la décision du Préfet et de la Région Occitanie. Nous avons appris l’actualité de ce moratoire après les actions du mois d’octobre. La nouvelle nous a été annoncée par Carole Delga Présidente de la Région Occitanie lors de notre rencontre début janvier 2021.

Pour le Collectif, le moratoire n’est qu’une étape, car il ne signifie pas l’abandon du projet, alors que justement nous revendiquons l’abandon de ce  projet pour travailler sur une autre politique forestière, une autre ambition alternative à cette vision industrielle de la forêt ».

Qui sont les organisateurs ? « C’est un collectif composé de 43 organisations, associatives, syndicales, politiques, ainsi que de centaines de citoyens. Il est structuré avec sept commissions de travail au sein desquelles des citoyens se retrouvent régulièrement pour réfléchir sur différentes façon d’utiliser la forêt , la formation des usagers et des élus, avec la mission alternative de communication d’actions. C’est l’ensemble de ces participants qui font que le collectif organise cette action les 20 et 21 mars qui symboliquement a été placé ce jour là pour La Journée Internationale des Forêts *   pour continuer les actions jusqu’au mois de mai avec un grand weekend avant le 30 mai, juste avant les élections régionales ».

Quelle est la position des élus de la Communauté de Commune du Plateau de Lannemezan?

« La Com Com de Lanemezan a voté pour ce projet en première lecture. Une fois que l’on a entamé l’action réunions publiques on a découvert que beaucoup d’élus, la grande majorité n’étaient pas au fait du contenu réel du projet et de ses implications au plan écologique et économique. Ils avaient voté un projet à la va-vite, sans trop d’infos sur la consistance et les implications du projet.

 

A l’époque déjà, quelques uns ont participé à des délibérations contre ce projet. Ils ont vite compris, et depuis ce sont de plus en plus de questions qui s’imposent à la réflexion. Ils rejoignent les communes qui ont pris des délibérations contre ce projet ».

Si la scierie s’installe, est-ce que les municipalités seront consultées avec l’avis des habitants ? Est-ce que les communes auront leur mot à dire si Florian projette d’exploiter ?

« Florian ne s’occupe que du bois qui entre à l’entrée de l’usine. Ce sont les propriétaires forestiers et les municipalités qui décideront de vendre ou pas.

Les communes ont leur mot à dire, car les deux tiers de l’approvisionnement est prévu en forêt publique, telle que le projet a été pensé. La très grande partie des ressources pour l’usine Florian viendra des forêts communales.

Nous serons confrontés au choix de la politique forestière des communes, si elles adhèrent à la prédation forestière de Florian ou pas, si elle veulent gérer leur forêt d’une façon plus patrimoniales et plus riche en terme de valorisation et de projection sur le futur ».

*Dominique Dall’Armi porte parole du collectif « touches pas à ma forêt » au sein plus particulièrement de SOS-Forêt-Pyrénées « La forêt est notre avenir »

* SOS-Forêt-Pyrénées : Collectif pyrénéen d’associations, de syndicats de professionnels de la forêt et de personnalités qualifiées engagées dans une veille citoyenne et de contre pouvoir face aux pressions toujours croissantes exercées sur les ressources forestière.

*Journée internationale des forêts : L’ONU a instauré une journée mettant la forêt à l’honneur. Partout dans le monde sont organisés des événements pour protéger, valoriser et célébrer la forêt