Stéphane Wawrzyniak s’est engagé dans la vie municipale avec la conviction que les villages ruraux ne devraient pas être les laissés pour compte de la vie économique et culturelle.

Aussi, quand le village qu’il a choisi depuis 20 ans a attiré l’œil d’industriels, avides d’y exploiter les ressources de son sous-sol, cet artisan nouvellement élu maire n’a pas hésité.

Pour sauver le village, il a réuni une équipe prête à affronter cet énorme défi. Dans cette lutte, le village de 450 habitants ne semblait pas devoir peser bien lourd face à ce cimentier longtemps champion de la bourse française mais qui a préféré délocaliser son siège vers la Suisse à la fin 2018.

Mais c’était compter sans la détermination des habitants et du soutien des villages voisins.

Alors depuis des mois, tout le monde est à pied d’œuvre.

D’abord pour faire vivre le village, malgré la crise sanitaire, avec des moments de convivialité et de solidarité préservés notamment à Noël.

Et en coulisse, la Commune est à présent conseillée par des spécialistes pour organiser sa préservation.

« Avec le confinement, est apparu comme une évidence la chance que nous avons de vivre à la campagne. Jouir de la nature et du calme a rendu plus doux l’âpreté de notre isolement. Nous réalisons tous avec force la nécessité de protéger notre cadre de vie », explique Stéphane Wawrzyniak.

En ces temps incertains, Bois de la Pierre fait donc le pari de préserver un esprit de communauté et la qualité de vie en zone rurale.