Deux coups sur la tête

Les Ours ont la tête dure, espérons qu’ils se ressaisissent vite des deux nouvelles déconvenues survenues l’une et l’autre cette semaine, la première ayant eu certainement des incidences sur la seconde. Après une victoire aisée dans le derby qui l’opposait au Toulouse Olympique la semaine dernière, le Racing Saint-Gaudinois a été disqualifié sur une réclamation de son adversaire. Nulle intention affichée de tricher mais les rangs saint-gaudinois comportaient trop de joueurs d’origine étrangère. La réclamation a d’abord surpris les dirigeants avant de les confondre. Le gain du match remporté sportivement sur le terrain s’est soldé en défaite, la sixième place à portée d’une victoire contre le SO Avignon dimanche s’est éloignée. Les bras ballants, les Ours ont marqué le coup psychologiquement, les Provençaux n’en demandaient pas tant.

La deuxième claque fait aussi mal. Dimanche, à domicile, les Ours se sont inclinés 2 à 26 contre les Avignonnais à qui ils envient la sixième place, synonyme de qualification.

« On n’a commencé à jouer qu’à la trentième minute, déplore l’entraîneur Julien Gérin. En seconde mi-temps, on montre bien que l’on était capable de faire jeu égal et que le bras de fer aurait pu tourner à notre avantage. Dommage qu’on n’est pas attaqué la partie avec cet état d’esprit, qu’on n’est pas eu cette constance. Là, on a pris deux coups sur la tête. Les temps sont durs, on est au fond du trou et la démotivation générale est perceptible. Je travaille à trouver une solution pour samedi prochain… »

Lors de leur prochain déplacement à Albi, les Saint-Gaudinois pourront sûrement compter sur le retour de leur meneur de jeu Brad Wall. Blessé à l’épaule, l’Australien a fait défaut contre Avignon. Et si Valentin Chanet l’a suppléé avec son brio habituel au milieu du jeu, il n’était plus à sa place légitime en dernier défenseur. Saint-Gaudens devrait retrouver ses automatismes et, on l’espère, une nouvelle dynamique.

L’objectif affiché de la sixième place semble s’estomper dans un flou qui n’a plus rien d’artistique. Il reste huit matchs à jouer. Le Racing est neuvième à dix points du rang convoité. Pour se refaire la cerise, un exploit des Ours samedi à Albi serait de bon aloi. Et il restera ensuite la coupe de France pour faire valoir des qualités qui, même perceptibles, n’ont pas encore permis de briller au tout meilleur niveau, reconnus par leurs pairs à la place qui peut encore être la leur.