La troisième rubrique de notre ami pêcheur Alphonse Arias est une ode à la préparation de l’ouverture de la pêche qui, rappelons-le, interviendra le 13 mars prochain. Amis pêcheurs, à vos cannes, à votre matériel…

 « Plus que quelques semaines et le bout du tunnel sera franchi…

A la pensée de revêtir sa tenue de pêche, de fouler les berges de torrents mythiques, de cajoler les reines des eaux tumultueuses, on se sent bien. En fait, c’est comme une renaissance !

On commence à toucher le gilet et la veste de pêche, la casquette, le chapeau ou le bonnet. On va préparer les cannes et procéder à la vérification de l’outillage ; pourquoi ne pas commencer la provision de vers et la confection des bas de ligne ? Pourquoi ne pas faire déjà le choix des mouches, des nymphes, des streamers ou encore des leurres pour les amateurs de ces techniques ?

Ces étapes, préalables à l’ouverture, sont des plus féériques.

Pour les pêcheurs de truites, le mois de février est un mois magique, celui qui précède le jour J, celui qui rend fébrile les passionnés, celui dont le passé rattrape les pêcheurs d’âge mur…

La délicieuse excitation ressentie à l’idée d’être au bord de l’eau canne en main, la sublime fièvre qui s’empare du coureur de berges, c’est un luxe dans ce monde que l’on ne comprend plus. Les moments magiques qui hantent l’esprit des femmes et des hommes, rêveurs et avides de ce merveilleux retour aux sources et aux racines du genre humain, sont un véritable voyage au Paradis… terrestre.

Quand l’eau vive coule dans la tête des pêcheurs, quand les cascatelles, même éloignées, font battre leur cœur, alors, les truites sauvages s’immortalisent dans leur mémoire et au plus profond de leur âme…

Ces gens-là sont dans l’essentiel, chose si souvent dérobée impitoyablement par les temps modernes ! Ils ont trouvé ce qu’une grande partie de l’humanité recherche et n’obtient pas : le beau et sensationnel rêve de l’enfant qui distribue un bonheur par le seul fait d’une évasion d’un monde crasseux.

Quoi de plus beau pour un pêcheur que d’avoir les truites sauvages qui remontent le courant de ses pensées ? »

www.pecheur-arias.com