Les CHU de Toulouse, Montpellier et Bordeaux participent à un essai clinique. Leur but ? Réparer les cœurs endommagés par un infarctus sévère du myocarde grâce à l’injection de cellules souches « autologues ». A ce jour, 13 patients ont participé à cet essai dont les résultats préliminaires sont prometteurs.

Le patient est son propre médicament

« L’objectif de cette solution est de permettre aux patients d’éviter le développement d’une insuffisance cardiaque chronique pouvant impacter la qualité de vie des patients » explique Matthieu de Kalbermatten, président de Cellprothera, la biotech à l’origine de cette solution.

 

« Les essais que nous menons permettent d’éviter de multiples hospitalisations, un traitement médicamenteux à vie et dans des cas plus sévères une greffe cardiaque. Grâce à cette solution, le patient devient son propre médicament puisque ses propres cellules souches sont prélevées dans son sang. Aucun rejet n’est possible et le corps se soigne alors de lui-même ».

A ce jour, sur les 13 patients participants :

  • 4 patients au CHU Toulouse
  • 3 patients au CHU de Bordeaux
  • 6 patients au CHU de Montpellier

Une solution unique aux nombreux avantages

La solution de Cellprothera permet de regénérer des tissus cardiaques endommagés par un infarctus grâce à l’injection d’un biomédicament constitué de cellules souches récupérées dans le sang. Ces dernières sont traitées in-vitro selon un procédé de fabrication propriétaire et au moyen d’un automate dédié.

C’est un traitement dit « autologue », qui exclut le phénomène de rejet, étant donné que les cellules souches viennent directement du patient.

Les avantages pour le patient :

  • Améliore durablement la fonction cardiaque et par conséquent la qualité et l’espérance de vie du patient
  • Evite un traitement médicamenteux lourd lié à l’insuffisance cardiaque
  • Nécessite une seule et unique injection
  • Représente dans certains cas une alternative efficace de substitution à la transplantation cardiaque
  • Diminue la mortalité
  • Elimine le risque de rejet du greffon grâce au biomédicament à base des propres cellules souches du patient

Les avantages pour le système de santé :

  • Réduit significativement les coûts de prise en charge des patients
  • Réduit les coûts liés aux traitements médicamenteux
  • Réduit les coûts inhérents aux :
    – traitements existants (chirurgical, transplantation…)
    – hospitalisations multiples

 

D’autres centres en France participent à cet essai clinique comme le CHU de Dijon, Grenoble et Besançon et l’ICPS Hôpital Privé Jacques Cartier à Massy ainsi que 4 centres en Grande-Bretagne.  Cette procédure thérapeutique est également en cours d’essai à Singapour.