Denis Turrel, Maire de Carbonne,  accompagné d’Ali Bénarfa, adjoint en charge des finances, sont venus visiter les nouveaux locaux de l’enseigne « Le Cœur Bio ».  A cette occasion nous avons pu le questionner sur sa vision du commerce local.

Avec la crise sanitaire que nous subissons, ne trouvez-vous pas audacieux d’ouvrir un commerce ?

Je pense justement que l’un des effets majeurs de cette crise, au-delà des questions sanitaires, est de retrouver de la proximité. Cette ouverture est une bonne nouvelle pour Carbonne et le Volvestre.

Avez-vous quelques informations sur d’éventuels risques de faillites chez nos petits commerçants ?

Il est trop tôt pour répondre à cette question car tous les dispositifs mis en œuvre par l’Etat, la Région, le Département et la Communauté de Communes du Volvestre, permettent à ces commerces de survivre. La réponse à ces risques de faillite passera aussi par la volonté de nos concitoyens à acheter et à consommer local.

Pensez-vous que les aides apportées suffiront à maintenir à flot ces commerces ?

Non elles ne suffiront pas, il faudra un soutien qui aille au-delà du confinement. Il faudra aussi agir sur le pouvoir d’achat de nos concitoyens car la vraie réponse passera par le consommateur.

Que pensez-vous des dispositions prises par les commerçants et de leur solidarité ?

Elles sont utiles et indispensables car elles relaient nos décisions et les mesures mises en œuvre. Il y a un vrai travail de partenariat avec les commerçants et leur association, mais il faudra aller plus loin et dans la durée car tout ne peut se penser en réponse à une crise du COVID vue de Paris. L’avenir de nos territoires en dépend.