Transmis par Alain Talbot, président de l’association « Montréjeau avec tous ».

« Ce texte est dans le prolongement du questionnaire proposé par l’association « Montréjeau avec tous »,  aux Montréjeaulais. Ce questionnaire, remis en mairie, portait sur le ressenti de la propreté de la ville et les difficultés que rencontre le centre de la commune. »

Montréjeau, morne ville, laissée au seul espoir,

De voir son destin ne pas virer au noir.

On voudrait des touristes gais, déambulatoires,

Mais poubelles et voitures relèvent du prétoire.

Les boutiques fermées sont un réquisitoire,

Ne laissant aucun choix au mode circulatoire.

La canne ou le bâton étant libératoire,

Pour éviter pavés et trous usurpatoires.

Bref s’y promener est un vrai purgatoire.

Parlons des déjections qui hantent nos trottoirs,

Leurs multiplicités en font des dépotoirs,

Les chiens se soulageant en font leur excrétoires,

Obligeant les passants à chercher un grattoir.

Regarder à ses pieds devient obligatoire.

La vision de la ville est donc rédhibitoire.

Conserver l’équilibre étant aléatoire

Marcher sur ce ruban, mais c’est tout une histoire.

Les maîtres pour leurs chiens en font le territoire,

Convaincus d’échapper aux PV expiatoires

Des policiers locaux, débordés, c’est notoire.

Faudra-t-il revenir aux mœurs dilatoires ?

Rechercher des raisons par un micro-trottoir ?

Traiter les animaux par des suppositoires ?

Ou tenter d’appliquer des mesures transitoires ?

Avant de constater qu’il est Hélas TROP TARD.

https://montrejeauavectous.fr/

Ndlr : à noter qu’il existe plusieurs distributeurs de sacs pour les déjections canines. D’autre part, un endroit fait pour ces même déjections existe sur le boulevard de Lassus.