Championnat de France élite 1, 2ème journée, dimanche 8 novembre

Saint-Gaudens – Stade Jules Ribet

 

Racing XIII Saint-Gaudens – AS Carcassonne XIII: 32-34

MT : (10 – 6)

Arbitre: Benjamin Casty

Temps ensoleillé, température idéale.

 

Vainqueurs :  5e: Chanet (12’); Minga (16’, 46’), Wall (54’), Moliner (57’), Stefani (62’)

4t: Dumas (16’,54’,57’,62’)

Vaincus :  5e: Gambaro (33’), Herrero (41’), Bitigri (68’), Escamilla (72’), Soum (75’), Alberola (79’); 5t: Herrero (33’, 41’, 68’, 75’, 80’)

Cartons jaunes: Carcassonne: Albert (56’) – Saint-Gaudens: Chanet (72’)

 

Les hommes du match:

Saint-Gaudens: Minga très bon, Wall, Chanet, Bentley, Wilshere bons

Carcassonne:  Herrero très bon, Gambaro, Bitigri, Albérola, Escamilla bons.

 

Racing Saint-Gaudens :  1. Chanet, 2. Lucas, 3. Masuaute , 4. Minga, 5. Sorel, 6. Wall, 7. Franck, 8. Capparos, 9. Dumas, 10. Wilshere, 11. Moliner (cap), 12. Stefani, 13. Bentley,

Sont entrés en jeu: Sentenac, Barat, Anger, Talazac.

AS Carcassonne XIII: 4. Bitigri, 2. Escamilla, 1. Storey, 20. Albert, 5 Gambaro, 6. Herrero, 7. Alberola, 8. Tetart, 9. Soum, 10. Mullally, 11. Escamilla, 12. Bouregra, 13. Agullo,

Sont entrés en jeu: Drodrolagi, Arrans, Artiga, Tuilagi, Leveille

 

L’essentiel

Il ne reste que quelques secondes à jouer, les Carcassonnais menés de vingt points à l’heure de jeu viennent d’égaliser. Quatre essais en douze minutes. En marquant le dernier à la 79ème, Alexis Alberola offre à son équipe et à son buteur le gain de la partie. Le coup de pied de transformation frappé par Clément Herrero finit sa course entre les poteaux. La victoire in extremis revient aux Audois. C’est la consternation sur le banc saint-gaudinois.

Affreux! Affreux, affreux, affreux! Parce qu’enfin, qu’a-t-il manqué aux Ours commingeois pour laisser échapper la victoire? Une fois encore, les Saint-Gaudinois ont fortement marqué de leurs empreintes la première partie, ils ont largement dominé au score avant de s’écrouler dans les derniers instants de jeu. La semaine dernière, auteurs d’un match donné irrésistible à Toulouse, ils avaient finalement cédé dans le dernier quart d’heure, les Toulousains leur avaient repris 14 points. Dimanche, dans l’antre vide du stade Jules Ribet, ils ont aussi d’abord livré un match sérieux, bien en place, plein d’envie. Ils ont gagné la première bataille de muscles. Irrésistibles face à des Carcassonnais donnés favoris, ils ont su imposer leur tactique, montré leur rugby, mené largement au score, 32 à 12 à l’heure de jeu…  Leur château s’est ensuite écroulé comme un jeu de cartes. La seconde bataille, celle des nerfs, a été perdue. Puis la tête et la peau. Une fois encore, Les Ours ont laissé grande ouverte une brèche qui a offert à leurs adversaires l’ascendant psychologique pour revenir du diable vauvert les coiffer sur le poteau.

Les réactions

Julien Gérin, entraîneur de Saint-Gaudens: “ Je n’aurais jamais cru qu’on allait pouvoir perdre ce match. On encaisse quatre essais en dix-huit minutes, le même scénario que la semaine dernière à Toulouse. A t-on peur de gagner? Non. Je pensé qu’on a peur de perdre, qu’on rencontré un énorme problème mental. Les joueurs ont respecté le plan de jeu, ils ont montré de superbes choses. Puis ils ont perdu pied, ils se sont écroulés. Ils n’ont plus su plaquer, ou attaquer. De deux victoires qui étaient acquises, on déplore deux défaites.”

Frédéric Camel, entraîneur de l’AS Carcassonne: “On revient de très très loin. Je ne sais pas d’où on revient mais on le fait. Parce qu’on n’a pas bien joué, on n’a pas été bon. Saint-Gaudens s’est montré plus réaliste, a su alterner son jeu. On a le mérite de ne rien lâcher et çà, c’est une bonne chose. Cela dénote l’état d’esprit de notre équipe, d’une équipe soudée sans stars comme certains le prétendent.”.