Les deux-tiers des déplacements en France sont inférieurs à 5 km. La plupart sont effectués en voiture, alors que la marche et le vélo sont générateurs de bénéfices individuels et collectifs en termes de transition écologique et énergétique, d’accès à la mobilité pour tous, de qualité de vie et de qualité de l’air, de santé, d’attractivité des territoires.

Pouvoir choisir de les effectuer à vélo suppose de mettre en place les espaces nécessaires et d’en ménager les conditions de sécurité et de développement de l’écosystème sur tout le territoire. L’un des enjeux d’une mobilité inclusive au quotidien est de considérer le vélo comme une véritable solution de mobilité, protégé des voitures et sans gêne pour les piétons qui restent prioritaires en toute situation. La France a encore beaucoup de marge de progression par rapport à ses voisins en matière de part modale du vélo avec à peine 3 % alors qu’il représente, par exemple, 10 % des déplacements en Allemagne et 28 % aux Pays-Bas.

Pour obtenir les conditions de sécurité suffisantes et les continuités des itinéraires, la loi d’orientation des mobilités (LOM) du 24 décembre 2019 et le Plan vélo et mobilités actives proposent de faire de la France un pays dans lequel les mobilités actives sont des modes de transport à part entière, en triplant notamment la part modale du vélo pour atteindre 9% d’ici à 2024.

Dans cette optique et dans le cadre du 1er appel à projets continuité cyclable 2020, l’État soutient en Occitanie 17 territoires lauréats dans 6 départements pour près de 6 M€ d’investissement sur un montant subventionnable de près de 16 M€. Participants à la relance, les travaux seront réalisés sans attendre et la plupart des itinéraires seront disponibles au printemps 2021.

Un second appel à projets 2020 vient de se terminer. Un appel à projet 2021 sera proposé en début d’année prochaine.

Présenté en septembre 2018 par le Premier ministre, le Plan « Vélo et mobilités actives » porte une ambition inédite pour faire du vélo un mode de transport à part entière. Le premier appel à projets 2019 « Fonds mobilités actives – Continuités cyclables » a permis de faire émerger de nouvelles solutions pour développer l’usage du vélo dans tous les territoires. L’objectif du ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, est de tripler la part d’utilisation du vélo dans l’ensemble des déplacements du quotidien d’ici 2024, en passant de 3 à 9 %.