Communiqué de presse de l’Association des parents d’élèves du collège Stella Blandy de Montesquieu-Volvestre.

Enfants décrocheurs ?

Non, enfants décrochés !

L’Etat décroche !

Nous sommes le 15 octobre 2020 et depuis la rentrée, des classes de collégiens n’ont toujours pas pu suivre de cours de mathématiques et d’anglais.

Comment peut-on laisser ces élèves de 4ème et de 3ème sans enseignant ? Comment le Rectorat peut-il laisser ces élèves sans cours ?

Après plusieurs mois de cours suspendus du fait du confinement durant lequel force est de constater que la continuité pédagogique n’a pas été la même pour tous, cette même continuité pédagogique s’avère aujourd’hui totalement inexistante pour l’ensemble des élèves concernés.

Ils sont sacrifiés, ils sont laissés de côté. Le Rectorat ne peut pas se cacher derrière un manque d’enseignants, il doit tout mettre en œuvre afin que ces collégiens puissent tout simplement suivre leurs cours d’anglais ou de mathématiques.

Au-delà de ce constat, les obligations légales rappelée par le Conseil d’Etat dans son arrêt de principe du 27 janvier 1988 sont claires. L’Education Nationale a l’obligation légale d’assurer l’enseignement de toutes les matières obligatoires inscrites au programme d’enseignement tels qu’ils sont définis par les dispositions législatives et réglementaires. Or, le manquement à cette obligation légale qui a pour effet de priver un élève de l’enseignement considéré pendant une période appréciable est constitutif d’une faute de nature à engager la responsabilité de l’Etat

Aujourd’hui, nous exigeons une solution rapide et demandons le soutien des élus locaux.

A l’heure où est tant affirmée l’Ecole de la confiance par le ministre Blanquer et également célébrée les 150 ans de la République, nous rappelons qu’aujourd’hui, des collégiens à Montesquieu-Volvestre ne suivent aucun cours de mathématiques et d’anglais et ce, depuis la rentrée.

Nous avons contacté le Maire de Montesquieu Volvestre, monsieur Frédéric Bienvenu : ” J’ai été informé par l’association des parents d’élèves de ce manque de professeurs. J’ai fait remonter l’information au niveau de l’académie et du conseil départemental n’ayant pas la compétence d’intervenir directement. On ne peut que déplorer l’absence de ces professeurs d’anglais et de mathématiques”

Nous avons tenté de joindre le rectorat à Toulouse. Après nombre de tapez 1, 2 ou mille et ce à plusieurs reprises nous avons du renoncer à recueillir la vision de l’Institution, n’ayant pu obtenir la communication.