Située à Pointis-Inard (31), l’exploitation de Cédric DAURE a été la première exploitation à ouvrir ses portes au grand public dans le cadre des Ambassadeurs ce dimanche 4 octobre.

Les visiteurs, bravant la pluie et le vent ont pu découvrir les pratiques innovantes, la mise en place de l’agroforesterie, la valorisation du bois et le pâturage tournant dynamique. Pour compléter le témoignage de l’agriculteur et de la conseillère en agroécologie de la Chambre d’agriculture, les participants ont pu flasher avec leur téléphone des QR-codes disposés tout au long du parcours. Ils ont pu, de manière interactive, avoir accès à des informations chiffrées et visuelles, des interviews, des articles de presse.

L’EARL DAURE, exploitation en polyculture-élevage dans le Comminges, est engagée en agroécologie depuis une dizaine d’années. Cédric DAURE est installé depuis 2001 sur les 174 ha de la ferme et il élève essentiellement à l’herbe des Abondances, des Gasconnes des Pyrénées et des brebis Tarasconnaises.  La production laitière est vendue à la laiterie FAUP et la viande est commercialisée en vente directe.

Mise en place de l’agroforesterie 

Cédric Daure a toujours eu des projets plein la tête, il fait partie de multiples réseaux, ce qui lui permet d’être à la pointe de l’information et de l’innovation. Il aime également tester, se renouveler tout en gardant un système productif en maintenant de bons résultats technico-économiques et en travaillant dans de bonnes conditions.
Un autre critère lui tient également à cœur : le respect du rythme naturel, afin que sa production reste en cohérence avec de bonnes pratiques environnementales. C’est pourquoi, il a souhaité mettre en place le pâturage tournant dynamique sur son exploitation, et ainsi, optimiser l’exploitation de l’herbe pour alimenter ses animaux.
En 2019, il a mis en place de l’agroforesterie avec l’implantation de 400 arbres. Son objectif à terme : valoriser le bois pour la litière des animaux mais aussi pour leur alimentation. Cédric Daure voit plusieurs intérêts à cette pratique : effet canopée, adaptation au changement climatique, augmentation de la pousse de l’herbe, stockage du carbone, amélioration du potentiel du sol.
D’ici deux ans, Cédric Daure souhaite doubler la surface en agroforesterie.
En parallèle, l’éleveur continue la pratique du pâturage tournant dynamique mise en place il y a plus de 5 ans et la gestion optimale du fourrage. L’objectif étant d’engraisser les animaux à l’herbe et de produire du lait avec la reconnaissance lait de foin.