Robert Conduché, membre et du foyer rural de Clarac, est décédé mardi 29 septembre. Membre, mais également animateur du club d’astronomie Copernic. Il a été inhumé ce mardi 6 octobre dans le petit cimetière de Taillebourg.

Robert était quelqu’un d’attachant. Outre l’astronomie, il aimait et pratiquait la photographie. Il aimait la peinture (il était en train de préparer une exposition dédiée à Toulouse Lautrec. Celle-ci est maintenue et sera visible en avril prochain, selon les volontés de sa fille), la musique. Ceux qui ont assisté à des concerts de musique classique au centre Dominique Manent, se souviennent des présentations de ces soirées faites par Robert.

Et puis il y a l’amitié indéfectible que Robert avait pour certaines personnes. Claude Poussy en fait partie. Elle a écrit un texte que nous reproduisons in extenso ci-dessous.

« Mon cher Robert, mon grand ami, tu aimais dire que tu étais mon frère et que j’étais ta sœur. Frère et sœur de cœur, voilà ce que nous étions l’un pour l’autre. Nous nous apportions soutien et réconfort souvent autour de notre repas hebdomadaire. Nous partagions nos peines et nos joies, nous philosophions, nous avions aussi des discussions parfois un peu houleuses mais si enrichissantes et toujours respectueuses.

Tu es parti un 29 septembre comme ton cher Zola.

Tu es parti comme tu as vécu : en un éclair ! Pas de détails ! Avec toi il fallait que les projets avancent, que la vie ait un rythme soutenue. Tel une étoile filante, tu as rejoint les astres. En bon scientifique, tu vas vérifier par toi-même la théorie de l’héliocentrisme développée par Nicolas Copernic et Giordano Bruno, deux scientifiques que tu affectionnais particulièrement et dont tu aimais tant parler … que dis-je ! Disserter ! Car tu étais insatiable lorsqu’un sujet te passionnait et tes conférences nous ont beaucoup appris. L’astronomie, tu te réjouissais de l’expliquer aux enfants dans les écoles. Tu t’émerveillais de voir leurs regards attentifs, leur spontanéité et de voir naître leur vif intérêt.

Tu as rejoint Van Gogh, Toulouse-Lautrec et sa Goulue … Ouh là là ! Il va y avoir de l’ambiance au paradis ! Entre ton admiration respectueuse pour les femmes et ton passé de syndicaliste, les anges vont avoir du travail ! C’est un sacré challenge pour eux de t’accueillir ! Oh pardon il faut dire un sacré défi ! Car tu étais aussi un fervent défenseur de la langue française alors attention surveillons notre langage.

En toi il y avait la positivité, la combativité, l’espoir chaque jour renouvelé,… Le lien social était primordial.

Rappelons-nous les bons moments et tes taquineries ! Tu nous manques tellement déjà. Gardons à l’esprit tes phrases fétiches : « on respire, on est vivant, il fait beau, la vie est belle ! »

Repose en paix mon ami. Affectueuses condoléances à ta famille. »