La pandémie faisait fermer les cafés et restaurants durant de trop longs mois. Aujourd’hui, l’activité du café le Cardinal reste faible. C’est un cri de désespoir que poussent les propriétaires.

Vendredi 2 octobre 11h45. A l’appel national de l’UMIH (Union des métiers et industries de l’hôtellerie), Corine Pradeloux, Raymond et Cathy la serveuse de ce café-bar-PMU, mettent un brassard noir.

« Laissez-nous travailler »,  lance Corine la patronne. « Nous soutenons bien entendu la cause de nos amis cafetiers limonadiers. Ici aussi à Montréjeau, notre commerce subit une forte diminution de l’activité. Certains clients ont peur de franchir la porte. Il ne faut pas comparer Toulouse et sa proche couronne au Comminges. Nous ne devons pas subir les mêmes restrictions. J’avais prévu d’embaucher une personne supplémentaire en janvier prochain. Aujourd’hui, je suis sur le point de licencier. »

Cathy, serveuse, travaille au Cardinal depuis 32 ans. « Depuis le mois de mars, je suis au chômage partiel. Je travaille un peu, notamment les lundis, jours du marché. C’est la première fois que je vis cela. Je n’envisageais pas une fin de carrière de cette façon. »