L’association « Du Côté des femmes » (DCDF), qui œuvre pour l’accueil et l’accompagnement des femmes victimes de violences, a tenu son assemblée générale pour dresser le bilan de 2019.

L’activité de DCDF a continué dans un contexte marqué par le manque de moyens humains suite au départ imprévu d’une salariée fin 2018. De plus, le départ en mai de la présidente pour le Québec a nécessité une réorganisation des rôles de chacune.

DCDF a quand même mené ses missions d’accueil (633 entretiens) et d’hébergement, de sensibilisation et de prévention (interventions auprès de 971 élèves du primaire, dans les collèges et les lycées). Malgré les efforts déployés, DCDF n’a pas pu augmenter les capacités d’accueil restées à quatre places (8 femmes et 8 enfants hébergés sur l’année mais 39 demandes n’ont pas pu être satisfaites).

L’année 2019 a été marquée par le « grenelle des violences conjugales » qui a provoqué davantage de travail, tant sur le plan communication que d’accueil : 148 femmes ont été accompagnées sur l’année. Et ce, sans effectif nouveau.

Sur le plan comptable, le commissaire aux comptes a validé l’exercice en insistant sur la bonne gestion puisque en 2019, tout comme en 2018, les résultats sont en équilibre. Ces chiffres sont dus, entre autre, à la campagne « Orangez le monde » dans les commerces, à la journée « Tatouage flash » organisée par « l’Art de pique » qui a offert toute la recette (4000 €) !

Donc, un bilan très positif, malgré le travail, les demandes de plus en plus nombreuses et les comportements de certains.