C’est la rentrée officielle pour la municipalité. Nous avons rencontré le nouveau maire, Denis Turrel qui, confinement oblige, n’a pris ses fonctions avec sa nouvelle équipe que début juin.

Comment se déroule cette reprise ? 

La Covid 19 fait que nous entamons un mandat inédit à cause des mesures sanitaires à faire appliquer.  Nous avons, avec cette rentrée scolaire, tenu à sécuriser les enfants, le personnel de la Mairie, les enseignants et le personnel de la communauté éducative. Je tiens ici à faire appel à la solidarité et à la responsabilité de chacun de nos concitoyens.

Comment s’est passée cette rentrée scolaire dans le primaire ? 

La rentrée s’est plutôt bien passée, forcément avec quelques imprévus, et je tiens à remercier les enseignants, les services de la ville, la MJC, les parents d’élèves, et tout particulièrement Marie Caroline Tempesta, la première adjointe, qui y a mis toute son énergie. Tous ont fait preuve d’une capacité d’anticipation, d’adaptation et de réactivité remarquables qui a d’ailleurs été reconnue par l’Inspecteur de l’Éducation Nationale de la circonscription.

Qu’en est-il du secteur associatif, indispensable pour garantir le lien social ? 

Ce secteur repart dans des conditions contraignantes mais tous les bénévoles se mobilisent pour reprendre une vie « normale ». D’ailleurs je me réjouis de voir que 50 associations seront présentes au forum des associations que nous organisons le 12 septembre. Nous en profiterons pour lancer la carte senior, qui, comme la carte Loisirs Jeunes, doit favoriser l’accès à la vie associative de nos aînés.

La sécurité est un point important. Quelles mesures avez-vous prises ? 

Nous avons dû faire face à des actes de délinquance ces derniers mois, aussi en collaboration avec les services de police municipale et de gendarmerie nous souhaitons y mettre un terme. J’ai pris une première mesure qui interdit, le soir, les regroupements sur la voie publique qui nuisent à la tranquillité de nos concitoyens.

Mais surtout nous avons mis en place une commission spéciale sur la prévention de la délinquance qui s’est déjà mise au travail et dont je vous parlerai très prochainement.

Vous souhaitiez, lors de votre campagne, soutenir le commerce local. Avez-vous pris des initiatives à ce sujet ? 

Oui, c’est fondamental de revitaliser notre centre-ville. Nous venons de candidater auprès de la préfecture pour le programme « Petite ville de demain », cela nous permettra de mettre en place des actions pour favoriser le commerce et nos marchés de plein vent. Nous recherchons de nouveaux commerçants (10 locaux commerciaux sont vacants rue Jean Jaurès), nous avons autorisé aux restaurateurs l’agrandissement des terrasses et nous poursuivons le développement du marché du samedi avec une modification plus ouverte des critères d’admission. Tout cela en lien avec l’association des commerçants.

 

L’accès à la culture pour tous est un sujet qui vous tient à cœur. Où en êtes-vous à ce propos ?

Mon ambition est que tous les Carbonnais et Carbonnaises,  en particulier les enfants, puissent bénéficier d’un parcours culturel riche et varié. Le secteur culturel est un des plus sinistrés mais nous mettons toute notre énergie pour permettre aux artistes de retrouver une place au plus vite dans notre commune.

Vous aviez également porté l’accent sur l’écologie. Quelles sont vos premières mesures ? 

Effectivement, c’est un axe fort de notre mandature. Le projet de restauration avec une cuisine par école, en liaison chaude, bio et circuit court, est lancé.  Un éco-pâturage a vu le jour à la sortie de la ville. D’autres actions suivront.

Un dernier mot ? 

Je tiens à rappeler aux Carbonnaises et Carbonnais que toute l’équipe municipale est à leur écoute pour faire en sorte que notre ville reste agréable à vivre et que la solidarité qui la caractérise reste vivace.

Propos recueilli par Jean Besnier