Que ses fans se rassurent : Antoine de Maximy est revenu bien vivant de son périple dans les Carpates !

Et il était présent à la séance de 14h du samedi 8 août au cinéma le Régent. De nombreux fans faisaient la queue pour visionner en avant-première, son premier film de fiction (il avait réalisé un film documentaire en 2008, j’irai dormir à Hollywood), « j’irai mourir dans les Carpates ». Jean, éternelle chemise rouge, il est tel qu’on le voit à la télé avec ses cheveux ébouriffés et le sourire accroché aux lèvres. Des béquilles également pour un petit souci de chevilles. Et tutoiement d’office. C’est Marine du Régent qui l’accueille et le présentera ensuite aux spectateurs.

La télévision

Ce globe-trotteur a parcouru les cinq continents avec ses caméras, une dirigée sur lui une autre sur le paysage mais surtout sur ces rencontres. L’émission diffusée sur la 5 : « J’irai dormir chez vous », rencontre un grand succès, les épisodes étant rediffusés régulièrement. Le principe : aller dans un pays, rencontrer des gens et les convaincre de coucher chez eux. Dans certains pays, c’est « facile », dans d’autre un peu plus compliqué.

« J’ai commencé mes voyages en 2003, au Mali », lance  Antoine au public de la salle une. « Au début, personne n’y croyait, je n’étais même payé… Et si l’émission existe encore, c’est grâce à vous. Merci. » Cela fait près de deux ans maintenant qu’il n’a pas tourné un épisode pour la télé. Et la pandémie s’est invitée, donc pour le moment pas de projet dans ce sens. Mais l’envie est toujours là.

Le film

« J’ai commencé à écrire ce film fin 2011. Mais pour faire un film, il faut de l’argent. Peu de producteurs croyaient en mon projet. En 2019, j’ai parcouru la France avec ma petite voiture. J’ai réuni des gens  dans des salles de cinéma, de théâtre. Même dans une église à Argentan. Je leur ai expliqué mon projet de  film participatif. En cinq semaines, j’ai ainsi récolté 256.000€. Ensuite tout est allé très vite, puisque le film était terminé en un an. Je me suis alors dit que j’allais être tranquille, mais ce n’était pas l’avis du distributeur, Apollo. C’est comme cela que je parcours la France, comme aujourd’hui. 100 avant-premières et une rencontre avec vous. »

Ce film revient de loin. Les locaux du tournage étaient trouvés la veille du départ dans les Carpates.

« C’est un film qui sort des cases. Je ne voulais pas qu’il soit comparé à un autre. D’ailleurs, il est classé dans la catégorie comédie-thriller, ce qui est rare… »

Le synopsis :

L’histoire commence par un banal accident de voiture sur une route montagneuse des Carpates. La voiture d’Antoine de Maximy, le présentateur de la série “J’irai dormir chez vous” a été emportée dans une rivière et son corps n’a pas été retrouvé. Le matériel et les images du globe-squatteur sont rapatriés à Paris. Agnès, la monteuse de la série, décide de terminer ce dernier épisode. Après avoir visionné les images elle s’attaque au montage du film. Mais des détails attirent l’attention d’Agnès. Petit à petit le doute s’insinue. L’histoire n’est peut-être pas aussi simple… (Allociné). Émotion et humour au programme…

Cinéma, télévision sont des valeurs sûres pour lui. Pour le moment, il n’est pas vraiment pour des diffusions sur Internet.

Cerise sur le gâteau :  le film est sélectionné pour le festival d’Angoulême.

Les comédiens

« Défiance chez les comédiens : certains me disaient tout de suite non, d’autres oui et au dernier moment renonçaient. J’ai contacté Max Boublil, un type hyper authentique. « Je suis trop content de le faire ton film. » Alice Pol, premier rôle, la monteuse de mes pérégrinations dans le film, je l’ai contactée par Skype. »

Et après

« J’ai un autre scénario tout prêt. Il a été pensé lorsque j’avais 12 ans et écrit il y a vingt-cinq ans. Mais il faut déjà que ce film marche. »

Sortie en salle de « J’irai mourir dans les Carpates », le 16 septembre. Ne le ratez pas et surtout, restez bien jusqu’à la fin, vraiment à la fin du générique.