En proie à la déveine et aux frustrations, le groupe des Tamalous, toujours plus étoffé, traverse en courant la longue période de crise sanitaire. Les grands événements sportifs ont été annulés, à l’intérieur du groupe. Plus personne ne court pour préparer un objectif défini, aborder un Luchon Aneto Trail ou le trail d’Alquézar en toute sérénité, le mot d’ordre est maintenu : « On se maintient ! »

La dynamique de groupe ne s’est aucunement altérée. Les sorties répétées les mardis, jeudis et le week-end rassemblent systématiquement un vingtaine d’addicts aux endorphines qui, par leurs jambes, véhiculent tous leurs sens. Disséminés dans le Comminges, chacun des membres proposent tour à tour sa sortie de découverte. Des montagnes, des forêts et des plaines, les parcours ainsi variés sont toujours enchanteurs. « Nous n’avons plus de perspectives de courses, pas avant l’année prochaine, confie Laura, encline à disputer à l’automne prochain la Raid Amazone. Nous sommes tous obligés de reporter de quelques mois, voire à l’année prochaine, nos projets. C’est un peu compliqué mais cela ne gâte en rien notre motivation. On se retrouve plusieurs fois par semaine pour courir et c’est ce qu’on aime. »