Le Tour de France cycliste passera par notre territoire. Cette année,  il fera étape à Cazeres sur Garonne. Savez-vous que, dans notre secteur, un exploit cycliste a eu lieu entre Martres et Carbonne ?

Ce n’est pas lors d’un Tour de France qu’il s’est produit, mais il est toutefois important d’en parler.

José Meiffret.

José Meiffret a, en son temps, défrayé la chronique.

Le talentueux Léon Zitrone dira : « Rares, trop rares, sont de tel champions, que la gloire n’ont pas dévorés ».

José est né en 1913, jeune garçon, on lui offre un vélo et c’est le déclic, l’amour de la « petite reine ».

Il fut pigiste au journal « L’Auto » puis manager cycliste.

Cycliste avant tout.

Mais la course cycliste l’intéressait.

Cycliste dans l’âme, il rêvait d’exploits qui lui permettraient de sortir de sa condition.

Il s’astreint donc à une discipline sévère afin de battre le record de l’heure sur route derrière une moto.

Un besoin de reconnaissance.

C’est vers Toulouse Pinsaguel qu’il atteint la vitesse de 87, 918 Km/h. Record battu quelques temps après par Paillard qui roula à 100Km/h.

En 1950, en Allemagne il porte le record à 139,500 Km/h. Ce record fut également battu.

José  Meiffret, en 1951,  décide de pulvériser le nouveau record de 150 Km/h qui venait d’être établi.  Il imagine alors se lancer derrière un bolide.

Les préparatifs pour un exploit.

Il lui faut tout calculer scientifiquement : l’aérodynamisme, l’aspiration, l’abri au vent derrière le véhicule… mais faut-il encore trouver le lieu propice à un tel événement et avoir les autorisations des autorités.

Pour la voiture son choix se porte sur une Talbot 4.5 L pouvant atteindre 250 Km/h.

Elle sera pilotée par Yves Giraud-Cabantous.

Son vélo sera équipé d’un braquet de 130/12, développant 22 mètres à chaque coup de pédale. Les jantes seront en bois.

Pour un exploit, il fallait trouver une route en ligne droite d’au moins 13 km.

La décision et les autorisations furent prises, ce serait la nationale 125 entre Martes Tolosanes et Carbonne.

Une voie qui fut déviée par la gendarmerie durant les divers essais.  La préparation fut difficile parsemée d’échecs.

C’est le 13 octobre 1953, entre Saint Elix le Château et Lafitte Vigordane, que José Meiffret réussissait  l’exploit d’atteindre les 175,609 Km/h.

Un événement qui fut relayé dans le monde entier par les médias de l’époque.

Tout pour un exploit

Tout pour un exploit

Pour en savoir un peu plus sur José Meiffret, rendez-vous sur Radio Galaxie 98.5FM, rubrique « Un brin d’histoire » proposé par Christian Lacombe.