Merveilleux, sans doute, fous, certainement pas. Mais qui sont ces pilotes de drôles de machines appelées paramoteurs ? Comment ça marche ?

Un paramoteur, c’est quoi ?

Le paramoteur est un aéronef de la catégorie des aérodynes. Il est composé d’une voile de parapente, et d’un moteur léger intégré à une cage de protection portée sur le dos du pilote. Une hélice offre la poussée nécessaire.

Le décollage se fait à pied ou assis sur un chariot équipé de roues ou de skis. Il existe des paramoteurs à une ou à deux places. (Wikipédia).

Sa voile a une surface de 20 à 40m². La cylindrée du moteur va de 80 à 250cm3, voire plus. Sa vitesse moyenne, 50 km/h.

Pour pouvoir piloter, une formation allant de 20 à 30h est nécessaire, tant théorique que pratique.

Et il faut connaître un peu (beaucoup), la mécanique, car il y a  toujours quelques chose à réparer, à améliorer.

L’évènement à Anères

Le club d’ULM du village,  An’Air, recevait du 11 au 19 juillet, des pilotes de paramoteurs venus de toute la France. « C’est la 4e manifestation organisée ici », indique Claude Monfort, membre du conseil d’administration du club et responsable de la manifestation. « 62 pilotes ont répondu présents. Malheureusement avec le covid, nos amis Belges notamment n’ont pas pu venir. Et le 5e rassemblement se tiendra ici-même  pour neuf jours à partir du 22 août  prochain. »

Claude est un pilote expérimenté. Il a été sacré champion de France 2017 pour la plus longue distance parcourue dans l’année, soit 8.400km de vol. Et pour cette année 2020, sa millième heure de vol s’est passée au-dessus du Pic du Midi de Bigorre qu’il a survolé à quelques 3.300m d’altitude.

Présent à cette manifestation, un constructeur béarnais, Jean-Jacques Pedezert (P2 air64), qui était aux petits soins pour les pilotes et qui présentait son matériel.

« Ce que j’aime dans le paramoteur ? La liberté, me prendre pour un oiseau », confie Christine Créon venue de la Vienne avec son mari, qui lui préfère rester au sol. Christine pratique  ce sport depuis 2007 après avoir pratiqué le parapente. Elle a participé aux championnats de France 2010 où elle s’est classée 3e. Et en 2014, elle était en Hongrie pour les championnats du monde. « C’est la première fois que je viens dans les Pyrénées, c’est superbe».

L’ambiance tout au long de cette grosse semaine a été des plus conviviales entre tous ces passionnés. Ils ont pu découvrir nos belles Pyrénées, les châteaux de Mauvezin et Valmirande, les vallées, etc. Tous sont ravis. Grâce à Claude, ils ont allié le sport et la gastronomie avec un repas typiquement « de chez nous », avec foie gras, confit, croustade.

An’Air

 Fort d’une trentaine d’adhérents, le club d’ULM et d’aéromodélisme  du village se porte bien. Son président est J.B Ricaud. Facebook : An’Air ULM & Modelisme