La fête nationale à Muret s’est presque déroulée dans les standards à cause du virus.

Il n’y a eu ni bal traditionnel ni cassoulet géant.

Seules les cérémonies commémoratives se sont tenues, quasiment sans public.

Elles ont commencé par les dépôts de gerbe sur la tombe de Vincent Auriol, qui fut président de la République de janvier 1947 à  janvier 1954 et maire élu de 1925 à 1946.

Puis, ce fut un hommage rendu au soldat Laurent Marsol, tombé en Afghanistan le 13 juillet 2011. Là, une gerbe fut déposée devant le rosier du souvenir par son frère et son filleul et en présence de sa mère.

Ces deux moments étaient sous la gouvernance du « Souvenir Français », association créée en 1887 pour garder le souvenir des soldats morts pour la France par l’entretien de tombes et de monuments commémoratifs.

Par ailleurs, il est à signaler parmi les porte-drapeaux la présence de Maxxens, le plus jeune porte-drapeau d’Occitanie puisqu’il n’a que 11 ans.

La troisième partie s’est déroulée place de la Paix où les autorités ont selon le protocole républicain fleuri le monument aux morts. La cérémonie s’est clôturée par un vin d’honneur sous les frondaisons de l’esplanade des allées Niel.