« Le Monde d’après », cette expression nous l’avons entendue lors de cette crise du Covid et particulièrement pendant la période de confinement. Nous nous étions tous arrêtés. Tous, sauf les « indispensables », dont ceux chargés de nous nourrir : paysans, artisans, commerçants…

Nous les avons rencontrés et questionnés.

Qui fait parti de ce collectif?

Le Collectif “Nourrir la Ville 31” est composé de : ADEAR31, CIVAM31, Cocagne Haute-Garonne, ERABLES31,Terre de Liens Midi-Pyrénées, le 100è singe.

Comment fonctionnez-vous?

Membres du collectif “Nourrir la ville”, nous avons entendu, soutenu, organisé, relayé… :

– En mettant en place une veille auprès des producteurs pour que personne ne reste avec des invendus quand la demande était là.

– Le réseau Cocagne en livrant des légumes à des associations, épiceries sociales et solidaires et parfois même à des collectifs d’habitants quand les structures habituelles étaient à l’arrêt.

– Nos associations paysannes se mobilisant auprès des préfectures, des mairies, des producteurs, pour la tenue des marchés de pleins vents et de créneaux de distributions hebdomadaires dans des conditions de sécurité sanitaire que les circuits « classiques » ne pouvaient pas offrir…

Les producteurs de nos réseaux ont su faire preuve de créativité mettant en place de nouveaux circuits de commercialisation, drives, livraisons.

Ils ont démontré leur résilience face à une crise inédite.

Nous avons entendu l’aspiration d’une grande partie de la population pour ce « monde d’après » et trouvons que cette aspiration ressemble beaucoup à ce que nous travaillons à bâtir depuis de nombreuses années au sein de nos structures et ensemble depuis 2 ans maintenant.

Quels soutiens attendez-vous?

Aussi nous voulons appeler les futurs élus municipaux, nouvelles équipes en place ou sortant réélus, à concrétiser ces aspirations légitimes, à s’appuyer et soutenir les énergies, l’inventivité et la capacité de résilience dont nos associations et coopératives, mais aussi de nombreux citoyens ont fait preuve.

Nous pensons que l’échelle de la commune et de l’intercommunalité est la bonne échelle pour mettre en œuvre la transition agricole et alimentaire dont nous avons besoin.

Nous vous donnons rendez-vous pour travailler ensemble à l’installation d’agricultrices et d’agriculteurs nombreux, heureux sur leur ferme, en lien avec des filières structurées, des démarches solidaires et des consommateurs conscients de la valeur de leur environnement écologique, humain, économique.

Nous avons compilé pour vous une boite à outils où vous pourrez trouver comment et avec qui mettre en œuvre ces alternatives dans vos territoires. Notre collectif et différentes structures sommes source de propositions et d’accompagnement pour les futures équipes et celles nouvellement élues dans le cadre des compétences qu’elles ont ou auront dans leurs municipalités et intercommunalités.

 

Pour un monde d'après

Pour un monde d’après