La plupart des activités dispensées au sein du foyer le sont par des auto-entrepreneurs. Durant la période de confinement, ces activités ont été annulées.

Des conventions sont passées entre les foyers et les prestataires de service et seuls les adhérents aux foyers ruraux peuvent bénéficier des prestations. N’ayant pas bénéficié des cours, les adhérents réclament à juste titre un remboursement, ce qui est logique. Les foyers le font sans problème. Par contre, certains prestataires se font tirer l’oreille.

Nombreux foyers  ruraux ont été dans ce cas et ont demandé conseil à la Fédération 31/65, regroupant les foyers de Haute Garonne et des Hautes Pyrénées.

Une visio-conférence était organisée sur le sujet mercredi 17 juin.

André de Angélis, directeur de la structure, avait invité Agnès Hugonnet, juriste. Celle-ci est une universitaire diplômée en droit privé fondamental et spécialisée en droit du travail, de la sécurité sociale et des difficultés des entreprises. Elle a 35 ans d’expérience dans le domaine juridique.

Elle a expliqué et répondu longuement aux diverses questions posées par les foyers. Pour celui de Clarac, participaient : Josy Crouzet, présidente, Francine Lecouffe, Marie-Jo Pousson, Myriam Recurt, Fatima Piedferré et Christian Bataille

Nul doute que les conventions passées entre les foyers et les prestataires vont toutes être revues.