Alors que le Gouvernement prépare le plan de déconfinement du pays, vingt-cinq sénateurs centristes appellent à la reprise partielle d’activités du secteur de l’hôtellerie-restauration.

 L’inquiétude ne cesse de croître chez les professionnels du secteur de l’hôtellerie-restauration (plus d’un million d’emplois), qui, pour certains, pourraient ne plus jamais pouvoir rouvrir leurs portes si la situation perdure.

L’arrêté ordonnant leur fermeture au 15 mars 2020, demeure pourtant applicable au-delà du 11 mai, date annoncée par le Gouvernement de la mise en œuvre d’un déconfinement progressif.

 Le Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a précisé que la reprise d’activité – dont la date pourrait être indiquée aux professionnels au cours de la première semaine du mois de mai -, exigeait au préalable l’élaboration d’un protocole sanitaire de nature à garantir la santé de tous, salariés, chefs d’entreprises, clients et fournisseurs.

Concertation et initiatives

Dans le contexte de cette crise sanitaire d’ampleur exceptionnelle, la mise en œuvre de mesures efficaces est évidemment un préalable à la reprise des activités de l’hôtellerie-restauration, qui sont, par nature, des activités de service au contact ou à proximité du public.

L’élaboration du protocole sanitaire est donc urgente ! Comme il est urgent que nos professionnels se préparent à le respecter, tant pour des raisons d’équité entre les acteurs que de gage de sécurité et de qualité à l’attention de tous les clients.

Ce travail de concertation de l’ensemble des acteurs de la restauration (traditionnelle, rapide, collective, brasseries…), et de l’hébergement marchand (hôtels, campings, résidences de tourisme…), est en cours. Cet effort collectif et responsable témoigne de la mobilisation de l’ensemble du secteur qui ne demande qu’à retrouver un « effet d’horizon » pour leur avenir.

Les initiatives et les propositions des professionnels et des syndicats du secteur foisonnent :

– strict respect de mesures préventives et des gestes barrières permettant de limiter les risques de propagation du coronavirus.

– port obligatoire d’un masque pour l’ensemble du personnel.

– distanciation sociale assurée par un espacement des tables dans les restaurants et sur les terrasses d’au moins un mètre.

– encourager la vente à emporter qui permettra de compenser la capacité d’accueil limitée dans les restaurants, imposée par la distanciation sociale.

– envoi à chaque client effectuant une réservation, d’une vidéo ou d’un courriel détaillant les mesures de sécurité sanitaire en pratique dans l’établissement.

– sensibilisation, chaque matin, de tout le personnel, à travers une réunion de retour d’expérience sanitaire de la journée précédente.

– organisation du temps de travail en fonction du nombre de personnes nécessaires à la reprise de l’activité.

– totale transparence sur l’origine des produits servis en restaurants et un approvisionnement en produits frais bruts payés au juste prix, rapidement, à nos producteurs-artisans.

 A l’heure actuelle, la situation sanitaire de notre pays n’est pas uniforme.

Il conviendrait d’en tenir compte. Certaines régions sont, hélas, très touchées par l’épidémie de coronavirus, d’autres demeurent beaucoup plus préservées. Pour ces dernières, dès le 11 mai, l’activité économique reprendra progressivement et nécessitera des offres quotidiennes de restauration et d’hébergement.

La filière est consciente que sa survie dépend de sa capacité d’adaptation aux risques sanitaires liés à la crise du COVID-19. Elle élabore actuellement un nouveau modèle qu’elle saura suivre et développer dès lors qu’un décret de déconfinement partiel du secteur de l’hôtellerie-restauration sera promulgué.

De l’établissement de quartier à l’établissement étoilé, faisons confiance à nos professionnels, à leur travail collectif, pour offrir à l’ensemble de nos concitoyens un service à la hauteur des enjeux sanitaires actuels.

A la veille d’une saison touristique, certes, limitée, comment peut-on imaginer la réouverture de certains commerces, sans les acteurs de l’hôtellerie-restauration et de la brasserie ? Même si les autorisations sont provisoires et seront liées à la situation sanitaire de chaque région concernée, donnons-leur les autorisations nécessaires.

Tribune signée par : – Pierre Medevielle, Sénateur de Haute-Garonne  – Hervé Marseille, Sénateur des Hauts-de-Seine – Anne-Catherine Loisier, Sénatrice de la Côte d’Or – Jean-Marie Janssens, Sénateur du Loir-et-Cher – Olivier Cigolotti, Sénateur de Haute-Loire – Sylvie Vermeillet, Sénatrice du Jura – Sonia de la Provôté, Sénatrice du Calvados – Françoise Férat, Sénatrice de la Marne – Jocelyne Guidez, Sénatrice de l’Essonne – Michel Laugier, Sénateur des Yvelines – Nadia Sollogoub, Sénatrice de la Nièvre – Michel Canevet, Sénateur du Finistère – Olivier Cadic, Sénateur des Français établis hors de France – Pierre Louault, Sénateur d’Indre-et-Loire – Jean-François Longeot, Sénateur du Doubs- Jean-Pierre Moga, Sénateur de Lot-et-Garonne – Jean-Marie Mizzon, Sénateur de la Moselle – Vincent Delahaye, Sénateur de l’Essonne – Jean-Claude Luche, Sénateur de l’Aveyron – Valérie Létard, Sénatrice du Nord – Michelle Vullien, Sénatrice du Rhône – Olivier Henno, Sénateur du Nord – Jacques Le Nay, Sénateur du Morbihan – Denise Saint-Pé, Sénatrice des Pyrénées-Atlantiques – Françoise Gatel, Sénatrice d’Ille-et-Vilaine.