C’est un Georges Méric déterminé qui s’est présenté devant son écran à la conférence de presse par visioconférence le 16 avril 2020 à 11 heures. Le président du conseil départemental qui est rappelons le un médecin de formation sait visiblement de quoi il parle lorsqu’il aborde la partie sanitaire de l’épidémie du Covid–19.

D’abord s’occuper de la gestion de la crise

Le conseil départemental a pris la pleine mesure de la gravité de la crise et de ses effets sur les habitants de la Haute Garonne. Mettant l’humain avant l’économie, Georges Méric nous livrera cette interrogation qui ne faisait aucun doute sur son propre choix : « Humain ou dividende ? » Entre les lignes, il soulignait les atermoiements du président de la République quant à ses choix «  On ne peut pas se confiner et travailler ». Abordant le sujet du déconfinement, il précisait que la gestion du retour des élèves dans les collèges était un véritable casse tête et qu’à l’heure actuelle il ne savait pas quoi faire pour garantir la sécurité sanitaire des élèves notamment au cours des transports et de tous les personnels travaillant dans ses établissements.

Pendant 1 heure, le président Méric nous a détaillé l’ensemble des mesures colossales qui ont été mises en place dans le département. Vous pourrez lire l’ensemble de ces mesures sur le document joint. De très nombreuses aides pour le monde économique, associatif et pour les plus démunis d’entre nous en priorité.

(Lire le dispositif complet des aides)

Viendra le temps politique post crise

Comme il le répète à l’envie depuis son élection, la gauche et la droite ce n’est pas la même chose. L’élément déclenchant qu’est la pandémie mondiale doit permettre le changement d’une société. « La société d’après ne peut être dans la continuité » précisera-t-il avec force. « Non au libéralisme débridé, non au ruissellement, non aux premiers de cordée ». Il prononcera le mot rupture en choisissant l’humain avant tout plutôt que les dividendes. Une politique présidentielle qui ne trouve grâce à ses yeux avec tous les effets néfastes qu’elle comporte. A travers les propos prononcés, on peut deviner que la gestion humaniste d’un département est un laboratoire pour une future gestion nationale où des mots comme humanisme, solidarité, empathie, cohésion deviendraient des règles reléguant dans les oubliettes libéralisme, profit, concurrence délétère entre les citoyens. « Une société inclusive » précisera-t-il en regrettant qu’en 2018 le gouvernement et le parlement n’aient pas accepté l’expérimentation du revenu de base en Haute Garonne, cela aurait permis d’être prêt à le mettre en place pour cette crise majeure.

C’est par le jeu des questions réponses que s’est terminé la visioconférence. Pour PetiteRépublique.com Georges Méric a précisé que la bonne gestion des finances permettait au département de faire face à toutes les dépenses consécutives à la gestion de la crise en Haute Garonne. Il n’y aura donc aucune échéance pour les budgets 2020 et 2021.