“Petite république et vous”: Témoignage de Sandrine, agricultrice à Montesquieu-Volvestre.

Avec l’arrivé des beaux jours l’envie de s’évader se fait ressentir. Pourtant il est plus impératif que jamais de rester confiné. “Petite république et vous” est ici pour vous accompagner et partager avec vous. C’est ainsi que Sandrine, agricultrice nous a livré un témoignage poignant.

“L’agriculture au présent pour le futur.

Il y a quelques temps, les médias et associations, nous traitaient d’agriculteurs pollueurs, et nous subissions alors l’agribashing, voulant nous supprimer des hectares de superficies cultivables sur le principe de précaution.

Et aujourd’hui plus que jamais, malheureusement, il faut une crise sanitaire mondiale, pour se rendre compte que les circuits courts et proximités existent et sont très importants ! Peut-être qu’après l’épidémie on pourra garder l’autonomie alimentaire que nous sommes en train de recréer, avec la force de nos troupes agricoles. Malgré cela, le manque de main d’œuvre se fait ressentir dans nos campagnes, le maraichage, l’arboriculture, manutentions de volailles, etc… Certes un fois pallié au manque, et les divers produits cueillis, prêts à être vendu sur les différents marchés de nos villages encore un frein dû à l’interdiction des marchés pour les raisons que nous connaissons tous ! Ainsi que manger des fruits et légumes de saison, à la saison, prends toutes son importance !

Il est constaté aux informations régionale que la pollution de l’air a sérieusement diminué depuis le confinement, 70% de particules fines en moins dans l’air en Occitanie, encore là, on peut souligner que l’agriculture dont les travaux des champs est en pleines effervescences n’est pas forcément impliquée au niveau que l’on veut bien nous faire croire !

L’agriculture a évolué, nous ne travaillons plus avec les bœufs et les charriots, aujourd’hui nos outils sont plus perfectionnés, plus précis, et certes plus confortable à utiliser.

L’élevage est aussi en constante évolution, le bien-être animal est au centre des priorités des éleveurs. A ce jour il est demandé aux éleveurs laitiers de produire moins de lait et ce depuis le confinement, chose pas facile à réaliser, ce n’est pas un bouton que l’on active ou désactive !
Quant à la charge administrative que nous avons, elle est importante, ne serait-ce que de souligner la traçabilité de nos productions avec nos divers label, AOP, IGP etc.… Qu’elle soit et qu’elle reste à la hauteur pour rivaliser avec les produits importés.

Les agriculteurs ne sont qu’un maillon de la chaine alimentaire, sans eux les assiettes resteraient vides, mais il est bien évident qu’il faut d’autre maillons, pour arriver jusqu’à l’assiette, nos routiers, nos restaurateurs, etc. Car c’est bien connu, seul on va vite, mais ensemble on va loin, et c’est ensemble que nous y arriverons !

Une très grosse pensée pour le corps médical, aussi celui de nos campagnes, où nos quelques médecins peinent à trouver une succession ou un confrère afin de palier à l’accroissement de la population.
Et je conclurai en disant que nous avons un des plus beaux et nobles métiers avec certes, quelques inconvénients, mais une vue imprenable, depuis notre « bureau », sur nos paysages, notre chaine des Pyrénées et le Mont Vallier. ”

N’hésitez pas à envoyer vos photos, témoignages et commentaires : marine.damiron@petiterepublique.com