Si nos soignants sont en première ligne et risquent chaque jour leur vie pour sauver la nôtre, le personnel des Ehpad qui prend soin de nos parents ou grands-parents, doit faire face à de multiples contraintes.

Petite République a voulu savoir comment se passait la vie à l’Hermitage du groupe Les Familiales.

Pour ce faire, elle a posé plusieurs questions auxquelles le directeur de l’établissement, Jean-Luc Lacoste a bien voulu répondre.

PR : Combien de résidents confinés ?

 Jean-Luc Lacoste : Pour l’Hermitage, nous n’avons pas de pratiques de confinement strict sauf pour des résidents rentrant d’hospitalisation ou des résidents fiévreux.

Nous évitons tout de même les contacts de proximité entre résidents et essayons de les encourager à rester autant que faire se peut en chambre.

Pour les repas, une partie des résidents mangent en chambre et pour les autres, nous faisons deux services afin qu’ils soient deux par table à une distance de 1 mètre comme préconisé.

PR : Comment se passent les animations ?

 JYL : Nous ne faisons plus d’animations en salle commune et favorisons les interventions individuelles en chambre ou en accompagnement dans le parc. Nous essayons de maintenir des activités physiques et de loisir.

PR : Comment réagissent les résidents ?  Comment ont réagi ou réagissent les familles ?

JYL : La séparation et l’absence de visite est complexe pour familles et résidents, nous avons mis en place des échange skype afin d’allier image et téléphone, c’est toujours ça. Les familles et les résidents réagissent plutôt bien, comprennent ce combat qui est à mener et que nous devons mener ensemble.

PR : Comment s’effectuent les livraisons ?

JYL : Les livraisons se font au portail ou dans la cour sans accès aux bâtiments.

PR : Le personnel  rentre-t-il tous les soirs chez lui ou est-il confiné avec les résidents comme on a pu le voir à la TV dans un EHPAD ? Comment réagit-il ?

JYL : Pour tous les salariés, les gestes barrières sont régulièrement rappelés, le port du masque est obligatoire pour tous. Chacun fait son temps de travail et rentre chez lui. Personne n’est confiné sur place. Par contre, je tiens à noter que les salariés sont d’une exemplarité dans leur présence et leur professionnalisme face à un moment aussi difficile. Je peux dire que j’ai de la chance d’avoir une telle équipe.

PR : En conclusion ?

JYL : Les conditions de travail ne sont pas faciles, les élans de cœur de grands groupes tels que TOTAL ne concernent pas les EHPAD (Total offre au personnel soignant des hôpitaux des pleins de carburant gratuits, NDLR) !

Heureusement, certaines associations plus locales se mobilisent pour un soutien moral. Un petit clin d’œil, par exemple, au comité des fêtes de Montréjeau qui nous a fait livrer, ce jour,  des pizzas pour les salariés.